Agence nationale pour la promotion de l’emploi : LE BUDGET 2019 ÉVALUÉ À 6,300 MILLIARDS FCFA

0
1907

Une vue du présidium


L’Agence nationale pour la promotion de l’emploi (ANPE) a tenu, vendredi dernier, la 37è session ordinaire de son conseil d’administration dans ses locaux. La session était  présidée par  le  président du CA, Mamadou Sinsy Coulibaly.
L’ordre du jour a essentiellement  porté sur l’adoption du budget 2019 et le plan de travail annuel 2019. En effet, le budget 2019 de l’ANPE est évalué à 6,300 milliards de FCFA destinés à réaliser 103 activités qui, selon le  directeur général de la structure,  Ibrahim Ag Nock, s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du Projet présidentiel 2018-2023. Les objectifs stratégiques assignés à cet effet, devraient aboutir à la création de 2.400 emplois, auto-emplois et emplois  salariés, grâce à la mise en œuvre de projets-programmes, dont  environ 1000 emplois en milieu rural, notamment en termes d’accompagnement des collectivités territoriales. Il s’agit aussi  de booster l’emploi rural, de revitaliser l’économie locale et de  favoriser l’autonomisation économique des femmes.Faisant le bilan de 2018, Ibrahim Ag Nock a indiqué que  80% des activités relevant du Projet personnalisé accès à l’emploi (PPAE) ont été mis en œuvre.  Par ailleurs,  60 % des prévisions en termes de création d’emploi  ont été réalisés conformément à l’évaluation semestrielle  faite en attendant la validation  du rapport d’activités par le conseil d’administration.
Le président du CA a noté que l’ANPE, un partenaire de référence de la jeunesse et des entreprises, doit obligatoirement lutter contre l’exclusion économique dans notre pays afin de protéger les plus vulnérables. Pour ce faire,  son adaptabilité  à l’économie collaborative ou à l’économie de partage est fondamentale.
Selon Mamadou Sinsy Coulibaly, les mots clefs pour le succès de l’ANPE doivent alors être: innovation, créativité, digitalisation, numérisation, l’usage de l’intelligence artificielle robotique et la connectivité, car dans une économie performante, le secteur public se doit de s’adapter afin d’être concurrentiel et compétitif pour le développement d’un secteur privé fort et compétitif. Il s’est dit convaincu que l’ANPE relèvera un tel défi.
 
Aminata DIAKITÉ

Laisser une réponse

P