Autorité du bassin de la Volta : la mise en place des structures focales nationales

0
85

                Le représentant du ministre de l’énergie et de l’eau avec le directeur exécutif de l’ABF (g)
L’Autorité du bassin de la Volta (ABV), une organisation interétatique regroupant six pays qui partagent le bassin du fleuve Volta : Mali, Benin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana et Togo, a entrepris les démarches visant la mise en place de la Structure focale nationale (SFN) au Mali.
Cela, conformément aux conclusions d’une étude menée en 2013 sur la «mise en place et le renforcement des capacités des structures nationales (SFN). Elle a, à cet effet, organisé, hier dans un hôtel de la place, un atelier national présidé par le représentant du ministre de l’Energie et de l’Eau, Drissa Samaké. C’était en présence du directeur exécutif de l’ABV, Dessouassi Yaovi Robert et du directeur national de l’hydraulique, point focale de l’ABV au Mali, Yaya Boubacar.
Cette démarche traduit l’application des statuts de l’ABV du 16 novembre 2007. L’alinéa 1er de son article 10 en dispose : «Dans chaque État partie, le ministre en charge des Ressources en eau établit une SFN chargée de coordonner les activités de l’Autorité à l’échelle du pays».
Or, depuis la création de l’ABV en 2007, des points focaux opéraient en lieu et place des SFN, organes du Forum des parties prenantes au développement du bassin de la Volta. D’où la tenue de ces assises d’un jour.
Dans son allocution, le représentant du ministre de l’Énergie et de l’Eau a rappelé que l’atelier s’inscrit «dans les traditions de notre politique de gestion intégrée et concertée des ressources en eau».
Pour Drissa Samaké, elle consistera à la présentation du modèle de Structure focale nationale adopté en atelier régional, en février 2018, à l’examen du projet d’acte administratif portant création, attributions, composition et fonctionnement de la SFN au Mali.

S’agissait-il, a-t-il ajouté, d’établir la liste des membres de la Structure focale nationale et de formaliser sa création par un acte administratif à l’issue de cette rencontre.
Pour sa part, le directeur exécutif de l’ABV s’est réjoui d’être présent à cette rencontre «pour aborder sans ambigüité ni passion la question cruciale de mise en place et de l’opérationnalisation de la SFN en lieu et place du point focal actuel qui devient coordonnateur de SNF-ABV au Mali». Toute chose qui contribuera, selon lui, au renforcement de la coopération entre la direction exécutive et les États membres de l’ABV.
Par ailleurs, le directeur exécutif de l’ABV a souligné que cette reforme n’épargne guère la direction exécutive pour laquelle une étude institutionnelle et organisationnelle de renforcement des ressources humaines vient d’être validée en atelier régional tenu à Lomé, du 30 juillet au 1er août dernier.
A sa suite, le directeur national de l’hydraulique a noté que les Structures focales nationales constituent la cheville ouvrière de l’ABV dans les pays membres. Surtout en matière de coordination et de suivi des activités réalisées au niveau national, à travers l’institution. Yaya Boubacar a expliqué que la rencontre permettra à l’ABV d’échanger avec les principaux acteurs nationaux du bassin de la Volta sur la mise en place de la structure focale nationale, en tenant compte des réalités de chaque pays.

Aminata Diakité

Laisser une réponse

P