Bandiagara : Lancement du projet résilience et sécurité alimentaire

0
84

Ce projet qui est financé à hauteur de 393 millions de Fcfa intervient dans 14 Communes

La crise sécuritaire, les conflits violents et la propagation d’une économie violente ainsi que l’insécurité alimentaire et les crises provoquées par des phénomènes météorologiques extrêmes résultant du changement climatique se renforcent mutuellement. En conséquence, la faim, le chômage, la pauvreté et la rareté des ressources naturelles continuent d’alimenter les conflits violents, et l’État et ses organes de sécurité n’existent plus dans des zones rurales.
La détérioration de la situation sécuritaire dans les zones rurales depuis 2015 s’est accentuée en 2019. Les attaques contre la population civile ont augmenté localement. Le nombre de personnes déplacées a doublé depuis le début de l’année. Selon le rapport du HCR du 17 janvier 2019, les Régions de Mopti et Tombouctou abritent 60% des personnes déplacées et rapatriées du pays.
C’est ainsi que BORDA a établi des relations de travail fiables avec les ONG locales ADAZ et Harmonie du Développement au Sahel (HDS) et les a consolidées grâce à des projets communs.

Le Projet Aide Transitoire PN 158 intitulé Resilience et Sécurité alimentaire dans les Régions de Mopti et Tombouctou est financé par la Coopération allemande (BMZ) à travers BORDA qui est une ONG allemande. Il est mis en oeuvre par HDS dans le Cercle de Bandiagara pour une durée de 4 ans (2019-2023) dans 14 communes (Dandoli, Dourou, Barasara, Soroly, Sangha, Bandiagara, Doucombo, Pelou, Muetoumo, Kendé, Kendié, Dogani-Bèrè, Ondougou et Wadouba). Le suivi est assuré par le réseau RLD. Le coût du financement du projet est estimé à plus de 393 millions de Fcfa. Son objectif est de renforcer la résilience et contribuer à la sécurité alimentaire des populations et des coopératives locales dans le Nord du Mali. Il est articulé autour de 4 composantes, à savoir la composante Sécurité alimentaire et service de base, la composante (Ré) aménagement des infrastructures de production et de restauration de sols, la composante éducation et formation des communautés et des producteurs touchés et la composante Développement de la société civile et des structures sociales des collectivités.

La cérémonie de lancement du projet était présidée par le sous-préfet central, Abdoulaye Traoré. Elle a regroupé les maires des communes bénéficiaires, les chefs de village, les services techniques et les ONG partenaires. Pour le directeur de l’ONG HDS, Korka Lougué, le projet permettra d’aider les populations à surmonter les difficultés auxquelles elles sont confrontées. Pour cela, il a sollicité l’accompagnement de tous pour sa réussite. La représentante de BORDA, Mme Bintou Traoré, a remercié les autorités et l’ensemble des acteurs du cercle.
Dans son discours de lancement, le sous-préfet a remercié les responsables de la mise en oeuvre du projet et leur a donné l’assurance de l’accompagnement de l’administration. Il a aussi invité les populations à s’impliquer pour que les actions qui seront menées sur le terrain soient bénéfiques pour elles.
L’occasion était opportune pour le directeur de HDS de faire une présentation succinte du projet et le representant du service du développement social, Bourema Kodio de présenter la situation des déplacés et des sociétés coopératives. Ces présentations ont permis aux participants de poser des questions de compréhension.

Oumar GUINDO
Amap-Bandiagara

Laisser une réponse

P