Chine : Un bond prodigieux en 70 ans

0
94

La République populaire de Chine commémorera le 1er octobre prochain son 70è anniversaire. Sa création a été proclamée par le président Mao Zedong le 1er octobre 1949 sur la place Tian’nmen à Pékin.

Au Mali, cette commémoration sera couplée avec celle du 60è anniversaire des relations diplomatiques entre notre pays et la République populaire de Chine.

Dans le cadre des préparatifs de ces évènements, la Faculté des sciences humaines et des sciences de l’éducation (FSHSE) de l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB), en collaboration avec l’ambassade de Chine dans notre pays, a organisé une conférence-débats, vendredi dernier, à la cité universitaire de Kabala.

On notait la participation de l’ambassadeur de Chine dans notre pays, Zhu Liying, et du doyen de la FSHSE et président de la commission d’organisation, Dr Modibo Bah Koné.

Le thème de la conférence était intitulé : « Coopération sino-malienne avec comme toile de fond, le 70è anniversaire de la République populaire de Chine et le 60è anniversaire des relations diplomatiques entre nos deux pays : quelles opportunités pour les étudiants maliens ? »

Dans sa communication liminaire, le diplomate chinois a révélé qu’il y a six siècles, dans la dynastie des Mings, le maréchal Zheng He a effectué sept expéditions d’outre-mer. Si le portugais Christophe Colombe a commencé son expédition en 1492, celui du Chinois He n’avait d’autres objectifs que le commerce de la soie, du thé et de la porcelaine, a expliqué Zhu Liying.

A son retour, Zheng He n’a ramené aucun esclave, n’a laissé aucun soldat à l’étranger, et n’a pas non plus colonisé de territoire. « C’est ça l’esprit des Chinois quand ils font des échanges à l’étranger », a soutenu l’ambassadeur.

Dans l’histoire, cela s’appelle la Route de la soie qui est synonyme du commerce et des échanges culturels dans la paix et dans le respect. Le diplomate a aussi précisé qu’à l’heure actuelle, la Chine a lancé l’initiative des nouvelles routes de la soie. Celles-ci sont composées d’une route terrestre qui va jusqu’en Europe et d’une autre qui s’étend vers l’Afrique.

La Route de la soie a pour but d’avoir une coopération partagée, un résultat gagnant-gagnant et une plateforme ouverte. Selon le diplomate chinois, l’esprit de la nouvelle Route de la soie est plus important, aujourd’hui, car nous sommes en face des dangers réels tels que le protectionnisme, l’unilatéralisme et l’égoïsme. La Chine propose plutôt la solidarité, le partage et le multilatéralisme.

L’ambassadeur a rappelé les 70 ans d’histoire de la République populaire de Chine, fondée après 100 ans de colonisation, de guerre d’invasion étrangère. Aujourd’hui, la Chine vit une ère de prospérité qui a pris ses racines après la proclamation de l’indépendance. Elle a été développée par Deng Xiaoping et propulsée par Xi Jinping, l’actuel président de la République populaire de Chine.

« En trois générations seulement, la Chine est passée de zéro à la 2è économie du monde », a souligné le diplomate qui a tenu à mentionner la réussite fulgurante de son pays. La première explication se trouve dans la confiance en soi des Chinois. La deuxième se justifie par leur logique de ne rester ni figés et ni enfermés, a soutenu Zhu Liying.

« Cela fait 40 ans que la Chine ne cesse d’approfondir sa politique de reforme et d’ouverture. Sa reforme lui a permis d’augmenter sa productivité économique et à renforcer la cohésion sociale. L’ouverture au monde lui a appris de nager dans l’océan de la mondialisation », a développé le diplomate.

Pour lui, grâce à son ouverture, la Chine contribue à la croissance économique mondiale à raison de 30% depuis 30 ans. Le géant asiatique a aussi créé un modèle de développement gagnant-gagnant avec le monde entier.

L’ambassadeur chinois a aussi rappelé que son pays a réalisé des projets historiques à Ségou comme Sukala et N’Sukala qui fabriquent du sucre et la Comatex qui fabrique des tissus à base de coton.
A Sikasso, elle a réalisé l’usine historique du thé « Farako ».

A Bamako, la République populaire de Chine a réalisé le Pont de l’amitié sino-malienne (3è pont), l’Hôpital du Mali, et la Cité universitaire de Kalaba dont la 2è phase est prévue afin d’élargir l’infrastructure pour avoir plus de places pour les étudiants. La Chine est aussi présente à Gao dans le cadre de la Minusma avec un contingent de 413 éléments.

Souhaitant bonne fête d’indépendance à son pays et au nôtre, le diplomate chinois a rendu un hommage appuyé aux anciens présidents Mao Zedong et Modibo Keïta qui furent des visionnaires à leur époque et pour avoir noué les relations diplomatiques entre nos deux peuples. Il a conclu que l’éducation et la formation ont une place primordiale dans la coopération sino-malienne.

Cette conférence-débats, dira le recteur de l’ULSHB, Idrissa Soïba Traoré, était une contribution de son université pour souhaiter une bonne fête d’indépendance aux peuples malien et chinois.

Sidi Y. WAGUÉ

Laisser une réponse

P