Chronique éco: Yatela-sa va changer de main

0
97

Le conseil des ministres du mercredi 23 octobre 2019 a adopté des projets de texte relatifs à l’approbation du contrat de cession des actions de la Société d’exploitation des mines d’or de Yatela-SA et sa transformation en société d’état. Selon le communiqué qui annonce l’information, la Société d’exploitation des mines d’or de Yatela-SA est une société d’économie mixte de droit malien. Elle dispose d’un permis d’exploitation de l’or, de l’argent et des substances connexes et platinoïdes sur le périmètre de Yatela, dans le Cercle de Kayes.
Son capital social est détenu à 20% par l’état et à 80% par la société Sadex, filiale du Groupe sud-africain AngloGold Ashanti Limited et du Groupe canadien IAMGold Corporation. Son exploitation par les actionnaires a contribué à l’économie nationale et locale à hauteur de 383,445 milliards de Fcfa de sa création en 2001 au 31 décembre 2018. Toutefois, la société Sadex a décidé de se retirer pour des raisons techniques et de fermer la mine alors que les réserves ne sont pas totalement épuisées, souligne le communiqué.

Afin d’éviter cette fermeture et de sauvegarder les emplois, l’état a conclu un contrat de cession d’actions avec les sociétés Sadex et Yatela-SA. Ce contrat prévoit la création d’une société d’état par le rachat de la totalité des actions détenues par la société d’économie mixte Yatela-SA. Les projets de texte adoptés consacrent l’approbation du contrat de cession des actions et la création de la société d’état dénommée Société d’exploitation des mines d’or de Yatela-SA.
Depuis, des Maliens s’interrogent sur la viabilité de cette cession. Pourquoi la Sadex s’est-elle retirée alors que le minerai n’est pas épuisé ? Au ministère des Mines et du Pétrole, on précise que cette nationalisation est souhaitée depuis trois ans. Selon le département « c’est suite à un effondrement que la société a décidé d’arrêter l’exploitation.

Alors, si la société quitte, l’état peut trouver de nouveaux acquéreurs pour continuer l’exploitation », argumente-t-on.
La Sadex allait être obligée de tout démanteler sur le site à des coûts élevés. Avec l’acquisition de 100% des parts, la société va donner à l’état plus de 20 milliards de Fcfa pour la réhabilitation. Cette somme annoncée n’a pas encore été versée. L’état devra ouvrir un compte pour recevoir ce fonds. « Un projet de loi est en cours d’élaboration au ministère des Finances pour cela », rassure le département ajoutant que l’état procédera à la réattribution du permis à une autre société capable de faire les investissements permettant de redémarrer la production.
Notons que 86,04 tonnes d’or ont été produites à Yatela. Il reste sous la terre 38 millions de tonnes de minerai à 0,8 g/t, soit 3,04 tonnes d’or métal pouvant être exploités pendant plus de 10 ans encore en raison de 300 kg/an. Celui qui rachètera le permis présentera une étude de faisabilité et une étude d’impact environnemental pour commencer l’exploitation.

Cheick M. TRAORÉ

Laisser une réponse

P