Comité national de sureté de l’aviation civile : NÉCESSAIRE RÉORGANISATION DU DISPOSITIF DE SÉCURITÉ DES AÉROPORTS

0
1299

Le ministre des Transports, Soumana Mory Coulibaly, a insisté, jeudi, sur la nécessité d’une réorganisation du dispositif de sécurité au niveau de nos aéroports par la relecture du Programme national de sécurité de l’aviation civile (PNSAC) en vue de trouver une solution durable visant une meilleure coordination des taches et une clarification des responsabilités de chaque acteur, conformément aux recommandations issues des différents audits et inspections.
L’ancien titulaire du portefeuille du développement local intervenait ainsi à l’ouverture de la 15è réunion du Comité national de sureté de l’aviation civile du Mali, tenue jeudi dernier dans la salle de conférence des Aéroports du Mali. C’était en présence de sa collègue de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Keïta Aïda M’Bo, du Président directeur général des Aéroports du Mali, le Colonel Youssouf Diarra, et du directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC). Soumana Mory Coulibaly a indiqué que la présente session se tient à la veille de la célébration du 58ème anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté nationale. « Nos plateformes aéroportuaires doivent faire l’objet d’une attention particulière en termes de renforcement des mesures de sureté se traduisant par beaucoup plus de rigueur et de vigilance. Toute chose qui justifie la présence sur nos plateformes aéroportuaires d’hommes et de femmes professionnels et bien formés pour prévenir et faire face aux actes d’intervention illicite », a-t-il déclaré.
Le ministre Coulibaly a enfin souligné que les réformes envisagées ne doivent pas être de nature à dispenser les services régaliens de l’Etat de leur mission première. « Mais, bien au contraire, le désenclavement intérieur et extérieur de notre pays, qui est l’un des axes prioritaires du gouvernement, exige des acteurs du secteur un engagement sans faille pour rendre nos aéroports plus sûrs et davantage conformes aux normes d’exploitation internationales », a-t-il affirmé. Selon lui, l’atteinte de cet objectif passe par l’application stricte d’un certain nombre de dispositions telles la surveillance efficace des contrôles d’accès des personnes et des véhicules, l’inspection filtrage appropriée des passagers et leurs bagages, la formation du personnel, la facilitation du transport des personnes handicapées, la délivrance et l’inspection des documents de voyage, l’utilisation des systèmes de données sur les renseignements préalables concernant les passagers.
Soumana Mory Coulibaly a également attiré l’attention sur la question épineuse de l’occupation illicite des domaines aéroportuaires aussi bien de Bamako-Sénou que de l’intérieur. Une occupation qui, selon lui, constitue une pratique risquant d’hypothéquer le développement de nos aéroports. « Il est donc urgent pour nous, de concentrer nos forces pour trouver une solution et mettre en œuvre les schémas d’aménagement de ces domaines pour le développement du secteur », a-t-il conclu.
Le Comité national de sureté de l’aviation civile a pour mission d’émettre des avis sur la politique de sureté en matière d’aviation civile, d’évaluer l’efficacité du programme national de sureté de l’aviation civile, d’étudier les recommandations formulées par les comités de sureté des aéroports en vue de l’adoption de mesures visant à protéger l’aviation civile contre les actes d’intervention illicite et de proposer les mesures de coordination nécessaires à la mise en œuvre de programmes de sureté de l’aviation civile.
Amadou
GUÉGUÉRÉ

Laisser une réponse

P