Coopération Mali-Japon : Plus de 3 milliards de fcfa pour la justice et la sécurité alimentaire

0
357

Le ministre Dramé et le diplomate nippon ont signé le document

La coopération entre le Mali et le Japon se porte très bien. En effet, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiébilé Dramé, et l’ambassadeur du Japon au Mali, Daisuke Kuroki, ont signé, hier, des échanges de notes relatifs aux programmes «Développement économique et social» et «Assistance alimentaire».
La cérémonie qui a eu lieu dans la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a enregistré la présence du ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Malick Coulibaly et du Commissaire à la sécurité alimentaire, Kassim Denon.
D’un montant global de plus de 3 milliards Fcfa, ces programmes s’inscrivent dans le cadre de la coopération financière non-remboursable du Japon.
Selon l’ambassadeur du Japon au Mali, dans le programme « Développement économique et social», il est prévu que ce financement soit utilisé pour l’acquisition des équipements pour le ministère de la Justice, tels que des véhicules, des motos, des ambulances médicalisées, des radios VHF, des matériels médicaux, des instruments de sécurisation, des systèmes caméra-surveillance… Ces équipements sont précisément destinés à la direction nationale de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée, à certaines directions régionales de l’administration pénitentiaire.

Cet appui en équipements, a expliqué Daisuke Kuroki, permettra d’assurer le bon fonctionnement de ces structures et apportera la bonne gouvernance à travers l’humanisation des conditions de détention et la formation professionnelle des personnes incarcérées. Il permettra également, a ajouté le diplomate japonais, de renforcer les capacités opérationnelles du personnel en améliorant la sécurité et la sureté des établissements.
À propos du programme «Assistance alimentaire», Daisuke Kuroki dira qu’il permet de fournir au Mali du riz qui sera vendu sur le marché local à un prix accessible aux populations qui souffrent de l’instabilité et de la hausse des prix des denrées alimentaires. Le fonds issu de cette vente appelé «fonds de contrepartie» est destiné, selon lui, à financer divers projets de développement socio-économique planifiés par les autorités du Mali.
De son côté, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a trouvé pertinent, juste et d’avenir le projet «Développement économique et social».
«Nous sommes heureux de constater que le Japon accompagne la marche imprimée à la Justice de notre pays en cette période particulière», s’est-il réjoui, rappelant les progrès accomplis par la justice depuis la mise en place du gouvernement après la signature de l’Accord politique de gouvernance.
Pour cela, le ministre Dramé n’a pas manqué de féliciter et encourager les acteurs de la justice, avec à leur tête le Garde des Sceaux, à continuer dans ce sens.
«Nous sommes dans une phase de relèvement et de redressement de notre pays, de conjugaison de nos efforts, tous ensemble, pour que le Mali reste debout malgré l’adversité», a invité le chef de la diplomatie malienne.
En outre, Tiébilé Dramé indiquera que la gouvernance d’un pays se voit aussi à la façon dont il traite ceux qui sont momentanément passés par la «case-prison », soulignant que l’humanisation des centres de détention est une des préoccupations majeures du gouvernement.
Rappelant les conséquences fâcheuses de cette «guerre imposée» qui a déstabilisé l’économie rurale, le ministre fonde l’espoir que le programme « Assistance alimentaire» contribuera à réduire la faim au Mali.

Bembablin DOUMBIA

Laisser une réponse

P