Coupe CAF : Une entrée en matière réussie pour le djoliba

0
102

Pour son entrée en lice dans la phase de poules de la Coupe de la Confédération, le Djoliba a obtenu le partage des points 1-1, face à Al Nasr de Libye, hier dans un match délocalisé en Égypte. El Hadj Salim Bah a ouvert le score pour le représentant malien peu après la reprise (52è min) et Khaled Khalid Almaryami a égalisé sur penalty pour les siens (68è min). Les Rouges qui ont effectué le voyage sans leur entraîneur George Kouadio bloqué à Bamako à cause d’un problème de passeport, auraient pu empocher les points de la victoire, mais l’équipe a manqué d’efficacité devant les buts adverses. Déjà à la 59è minute, Souleymane Coulibaly a eu la balle de 2-0 au bout des crampons, mais l’attaquant djolibiste a confondu vitesse et précipitation devant les buts du keeper libyen. La formation libyenne tentera, ensuite de sortir la tête de l’eau. Ainsi, à la 63è minute le gardien du Djoliba sort une parade pour empêcher El-Nasr de marquer. Cinq minutes plus tard, les Libyens obtiennent un penalty qui sera transformé par leur capitaine Khaled Khalid Almaryami (1-1, 68è minute). C’est sur ce score que sera sifflée la fin de la rencontre.
Sur le plan comptable, on peut dire que notre représentant a réussi son entrée en matière, mais le capitaine Seydou Diallo et ses coéquipiers peuvent tout de même nourrir quelques regrets pour avoir gaspillé plusieurs occasions nettes de but. S’il avait réussi à ramener trois points de son voyage du Caire, le Djoliba allait s’installer, déjà en tête du classement de la poule, en attendant le choc avec le Horoya AC, lors de la deuxième journée. Mais ne faisons pas la fine bouche, un match nul à l’extérieur à ce stade de la compétition, n’est pas une mauvaise chose, surtout pour une équipe qui a voyagé sans son entraîneur. Il faut simplement espérer que d’ici le prochain déplacement de l’équipe (3è journée), la direction des Rouges prendra toutes les dispositions pour épargner le capitaine Seydou Diallo et ses coéquipiers d’une telle mésaventure.

Seïbou S.
KAMISSOKO

Laisser une réponse

P