Coupe du monde de basket U19 masculin : AIGLONS, UNE PERFORMANCE HISTORIQUE

1
146

Bien que battu 93-79 en finale par les États-Unis, le Mali a écrit, hier soir, une belle page de l’histoire du basket africain, en devenant la première nation du continent à atteindre ce stade de la compétition

Un pays africain en finale d’une Coupe du monde de basket-ball. On n’avait jamais vu ça dans l’histoire de la balle orange du continent. Jusque-là, le meilleur classement pour un pays africain était le 11è rang mondial qui a été obtenu trois fois par le Nigeria et deux fois par l’Égypte. Jamais dans l’histoire des compétitions de FIBA-Monde, une nation africaine n’avait réussi à passer ce cap, a fortiori, se hisser sur la deuxième marche d’un podium mondial. Grâce aux Aiglons, le Mali l’a fait. Depuis hier, notre pays et singulièrement la sélection nationale junior, est la deuxième meilleure équipe du monde. Nous ne sommes plus devancés que par les États-Unis, la nation qui règne sans partage sur le basket mondial depuis plusieurs décennies. Justement, les Américains ont été les seuls à devancer le Mali à la Coupe du monde masculin U19 qui s’est achevée hier en Grèce. Face à une sélection malienne, une fois encore admirable de combativité et qui a joué sans complexe (les Aiglons ont remporté le 1er quart temps 22-20), l’ogre du basket-ball mondial a tenu son rang, mais non sans trembler.
En effet, il a fallu attendre le troisième quart temps pour voir la sélection américaine creuser l’écart sur les juniors maliens qui n’étaient menés que d’un panier à la mi-temps (42-40). Après la qualification de ses joueurs en finale, le manager malien Elhadji Dicko avait déclaré : «nous ne sommes pas là pour faire du tourisme. Nous allons tout mettre en œuvre pour embêter les Américains et prouver que le Mali peut rivaliser avec l’élite mondiale». Le technicien malien a fait plus qu’embêter la meilleure nation du monde, sa stratégie a bien fonctionné pendant deux quarts temps et si le Mali avait réussi à gagner hier soir, personne n’aurait parlé de scandale. Non seulement, les champions d’Afrique maliens ont impressionné sur le plan collectif, mais ils se sont également distingués sur le plan individuel, à l’image du pivot Oumar Ballo et du meneur de jeu, Siriman Kanouté qui ont été élus dans le cinq majeur, avec deux Américains et un Français. Le trophée du cinq majeur a été remis par notre compatriote Hamane Niang qui s’apprête à prendre la tête de la Fédération internationale de basket-ball (FIBA-Monde).
Pour revenir au parcours de la sélection malienne, il a commencé par une victoire contre la Lituanie, battue 93-79 lors de la première journée des matches de poule. 24h plus tard, les champions d’Afrique remettront ça contre le tenant du titre, le Canada, défait 72-70, au terme d’un match époustouflant.
Lors de la troisième journée, le capitaine Martin Diakité et ses coéquipiers s’inclineront 79-82, face à l’Australie. Une défaite sans conséquence pour les juniors maliens qui étaient déjà pour les huitièmes de finale. Ainsi, dès le lendemain, les protégés du coach Elhadji Dicko reprendront la bonne direction de marche, dès le lendemain, en dominant la Nouvelle-Zélande 77-62 pour se qualifier en quarts de finale. Irrésistibles, le capitaine Martin Diakité et ses coéquipiers, écartent le Porto Rico et se hissent en demi-finale (84-74). Les champions d’Afrique retrouvent alors la France pour une place en finale. Comme il fallait s’y attendre, cette confrontation sera âprement disputée, mais la sélection nationale junior ne tremble pas, elle s’impose 76-73 et file en finale.
En 7 matches, le Mali a donc totalisé 5 victoires pour seulement 2 défaites. L’équipe a marqué 560 points et encaissé 533, soit une différence de +27. L’autre représentant africain, le Sénégal a été éliminé dès le 1er tour.
Fidèle à la tradition, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta a adressé un message de félicitations aux Aiglons aussitôt après la fin du match. Dans ce message, le chef de l’Etat a rendu un vibrant hommage aux nouveaux vice-champions du monde et témoigné la reconnaissance de la nation à leur endroit. Le président Keita a ajouté que le Mali était fier de la performance réalisée par les jeunes qui, soulignera-t-il, ont porté haut le drapeau national en Grèce.
Souleymane B. TOUNKARA

1 comment

  1. Avatar
    Belami 8 juillet, 2019 àt 12:21 Répondre

    Il faut faire une large couverture médiatique de cette performance historique de nos vaillants Aiglons du basketball. Il faut en parler tout le reste de 2019 et au délà. L’on est mieux servi que par soi-même. Pour voir si je ne suis pas trop sévère avec les médias français que je n’écoute d’ailleurs pas parce que je les qualifie de médias de propagande, je me suis cette fois-ci amusé à visiter le site de rfi pour voir comment cet évment historique est couvert. Je n’en ai vu aucune trace. Silence radio comme on dit. Est-ce parce que on a battu la France? Allez savoir. C’est dire que nos médias doivent se positionner pour couvrir nos évèments au lieu de ceder le terrain. La guerre de communication est une guerrre qu’il faut réussir.

Laisser une réponse

P