Dépigmentation : Devenir claire à tout prix

0
120

Tout produit, pommade ou déodorant appliqué sur la peau est en contact avec le sang, qui le communique au cerveau à travers les vaisseaux sanguins. Cela peut renforcer ou détruire la mélanine, qui est à la base de l’intelligence, de l’endurance. Les femmes qui en ont moins se fatiguent très vite au cours de l’accouchement

La secrétaire de direction Fanta est âgée de 48 ans. Elle est vendeuse de bijoux à ses heures perdues. Dans sa jeunesse, elle attirait les regards. Certains admirateurs, il y a quelques années , qualifiaient cette ancienne élégante de « gazelle noire » aux mensurations de mannequin : taille 1,70 m, poids 77 kg. Elle est mariée et mère de 4 enfants.

Fanta garde de beaux souvenirs de l’époque où  son élégance et son éloquence, lui ont valu les hommages dans les cercles distingués de Bamako.

Mais quelle mouche a piqué  » la gazelle noire, » Fanta, de vouloir changer la couleur de sa peau ? Son option inconsciente pour les produits de dépigmentation lui ouvrira les portes de l’enfer. Aujourd’hui, la belle fleur Fanta se fane inexorablement… Les yeux sont devenus rouges.

La peau du visage, et de tout le reste du corps, a été brûlée par les acides des pommades éclaircissantes. Des cernes noirs entourent désormais les yeux de Fanta, attirant sur elle des regards réprobateurs sur son passage. Les doigts sont noircis aux articulations,

Elle habite au ‘’ ‘’Bandiala III’’,  un quartier populaire de Bamako. Notre entretien a eu lieu un matin, après son retour du grand marché. Chargée de paquets, fatiguée et énervée par la chaleur ambiante, Fanta se laisse tomber dans une chaise placée sous un arbre au milieu de la cour de leur grande famille.  Elle passe sa colère contre sa nièce qui n’a pas couru à sa rencontre pour la soulager de ses bagages. Elle essuie les sueurs abondantes qui brûlent sa peau à l’aide du voile qu’elle porte autour de son  cou. Elle m’avoue, sourire aux lèvres, qu’elle subit tous les jours les conséquences de la dépigmentation. Mais, sa gaieté s‘efface laissant place à une tristesse profonde. Elle rappelle qu’elle a connu dans le passé des moments merveilleux. Les admirateurs dansaient la ronde autour d’elle.

Regret-elle fait cette confession pathétique : « ma vie de jeune fille ne laissait personne indifférent.  J’ai fait mon temps. A l’époque, je ne traitais qu’avec les hommes fortunés. Je faisais des jalouses. Mon mari n’escomptait pas qu’il allait m’avoir comme épouse, tellement la concurrence était serrée entre mes soupirants. Comme le temps file. Me voilà au soir de ma vie ».

Fanta a évoqué longtemps la vieille histoire d’amour entre elle et les produits cosmétiques. Elle regrette de s’être lancée dans l’utilisation des produits éclaircissants.

Elle paraît plus vieille que son âge. On lui donnerait 10 ans de plus, L’ancienne épicurienne assume sa faute. Et elle a tiré la leçon de sa belle vie passée sans se soucier de s’informer sur les dégâts de certains produits de beauté. L’ancienne « gazelle noire » a interdit à ses enfants d’utiliser les produits éclaircissants. « Je veux bien abandonner leur usage. Mais comment ? À quoi j’aurais l’air, si je le fais ? C’est une voie sans issue, la preuve je ne fais plus mon âge ». La déception est terrible et affecte durement  le moral de Fanta. La quête d’une beauté factice, l’ambition déraisonnée de séduire tous les hommes, l’envie d’uniformiser un visage taché de grains noirs disgracieux causé par l’acné, ou une autre  maladie infectieuse de la peau, poussent beaucoup de filles à  éclaircir leur peau noire.

Les principaux produits utilisés pour s’éclaircir la peau sont les dermocorticoïdes, (l’hydroquinone) et les dérivés du mercure. Ils sont vendus sous  forme de savon, lait, crème, pommade, lotion. Les emballages séduisants affichent des noms accrocheurs comme « Peau Claire », « Immédiat Claire » ,  « Zéro tache » , « Skin light » , « Caro white » ; « Bio light », « Clarisse », « Abidjanaise », « So claire, » etc. Pourquoi les élégantes de Bamako utilisent les corrosifs éclaircissants sans consulter au préalable le dermatologue ?

Des dizaines de produits qui éclaircissent la peau ont inondé le marché malien. Les prix varient entre 400 et 1250 Fcfa.  à partir de 2000 Fcfa, certaines femmes s’offrent un teint de métisse. Pourtant ,cette pratique n’est pas sans conséquence pour la santé. Elle cause ou favorise le diabète,  l’hypertension artérielle, l’insuffisance rénale. « Le teint est l’élément clef de la beauté,  moi j’en prends soin. Que l’on soit belle ou non, le beau teint, est un atout pour séduire les hommes», a confirmé  R. D,  étudiante de droit à l’Université de Bamako.  Elle utilise, « Zéro tache » (pommade) et la gamme complète de « So claire ». Cette gamme de produits  lui coûte environ 30.000 Fcfa, pour se fabriquer une peau factice. « Malgré les mots de découragement de mes amis,  je me sens moche si je néglige d’entretenir ma nouvelle peau », a confié R.D.

Depuis des décennies,  Mme Doumbia  Oumou  Kouyaté  applique « Caro White », ce lait contenant de l’hydroquinone n’est pas cher et arrange parfaitement son teint. «J’étais de teint noir. Je n’étais pas  sûr de moi. Mais une fois que je me suis dépigmentée, je dégage du charme. Lors des cérémonies de mariage, nul  ne peut ignorer ma présence », a-t-elle déclaré avec une certaine fierté.

Mme Sow Mariam Sangaré utilisait un lait corporel  qui  coûte 1250 Fcfa, et lui assure un teint « à couper le souffle ». Du jour au lendemain, elle a essayé une pommade nourrissante de 12.000 Fcfa. Elle a récolté des boutons et des taches sur le visage.  Elle  a perdu l’éclat de sa peau. Comme une droguée, elle est revenue vite à l’utilisation du premier éclaircissant qu’elle avait adopté. Depuis cet inconvénient, Mariam Sangaré s’inquiète de la conséquence désastreuse de la dépigmentation à la longue. « à quoi va ressembler ma peau dans 20 ans ? Comment sortir de cette impasse ? Pourquoi  j’ai emprunté ce chemin  épineux ?», s’interroge-t-elle. Elle conclut par cet aveu : « Ma sœur a été étonnée de constater que j’applique GG, (un produit éclaircissant) sur ma fille de trois ans. Elle me l’a fortement déconseillé.

La femme au foyer  Mme Fall Ami Sylla, est consciente des conséquences nocives de l’utilisation des produits éclaircissants pour elle et pour sa fillette. Mais, elle avoue qu’elle ne peut plus changer de marque de pommade . Car , les produits non éclaircissants ne sont pas à sa portée.

L’intellectuelle D. B  confie que   le dermatologue lui a prescrit un produit qui éclaircit la peau suite à une maladie infectieuse de la peau. Depuis,  elle continue de l’utiliser.  Elle ne pense pas avoir de souci avec sa peau, parce qu’elle a confiance à la prescription du spécialiste.

Produits nocifs

le Dermatologue Dr Sala Sow déconseille fortement la dépigmentation. Il reconnaît que dans les cas d’allergie,  il prescrit des traitements d’hyprozone qui éclaircit la peau sur une courte durée. Mais la patiente doit arrêter l’utilisation dès la fin du traitement. L’application,  à la longue, de ces produits provoque l’acné, les dermatophyties (manifestations allergiques à distance du foyer infectieux)  ou d’autres désagréments.

Selon Dr Sow, l’hydroquinone affaiblit la peau et cause l’acné, les vergetures et les vieillissements précoces de la peau. Ce  dermatologue opère entre le Centre de santé de référence de laCommune VI et l’ex-Institut Marchoux, Centre national  d’appui à la lutte contre la maladie.

Par ailleurs, le gynécologue obstétricien au CHU du Point G, le Dr Ibrahim  Kanté confie que beaucoup de maladies sont liées à la dépigmentation : notamment le diabète, l’hypertension artérielle, les maladies des reins etc.  En tant que gynécologue, ce praticien traite les maladies de reins et d’hypertension artérielle pendant la grossesse. Il soutient que « la grossesse et la dépigmentation ne font pas bon menage, car la dépigmentation entraîne une élévation des chiffres tensionnaires qu’on appelle l’hypertension artérielle.

Il existe plusieurs formes de cette maladie. Dans le premier cas, la patiente est hypertendue avant de contracter la grossesse. Dans le second, au cours de la grossesse se développe l’hypertension. La troisième forme révèle qu’à chaque grossesse, la femme est hypertendue et après son état, les choses reviennent à la normale. Mais entre temps, elle peut développer des problèmes de reins.   Dr Kanté révèle que la femme qui se dépigmente, est susceptible de développer l’hypertension artérielle, la préeclapsie. Cette affection cause  des problèmes rénaux cela entraîne beaucoup de complications. Sans une prise en charge adéquate  les foetus  meurent, ensuite la mère décède. Cette maladie provoque un saignement abondant au cours du troisième trimestre de la grossesse, parce que le facteur de coagulation n’existe pas chez celle qui éclaircit la peau. Elle souffre d’une insuffisance rénale chronique. Le  gynécologue obstétricien met les femmes en garde contre les produits éclaircissants. « Tout ce que nous utilisons sur la peau, dit –il,  pommade, déodorant est en contact avec le sang qui le communique au cerveau à travers les vaisseaux sanguins.

Cela peut renforcer ou détruire la mélanine qui est à la base de l’intelligence, de l’endurance.  Les femmes qui en ont moins se fatiguent très vite au cours de l’accouchement. L’élasticité des muscles n’est pas solide. C’est une des causes des nombreuses césariennes. « Concernant la plaie, elle s’infecte vite ou se cicatrice difficilement. C’est une situation  délicate fréquente chez les dames. Elles doivent penser plus à leur bien être et oublier un peu l’esthétique. Il faut mener des campagnes de sensibilisation », a conclu Dr Kanté. La dame Fatoumata Diarra, 37 ans, porte des verres corrigés. La raison ? Elle avait commencé à utiliser les produits contenant de l’hydroquinone, dès l’adolescence. «Cette histoire de peau a failli me coûter la vue. Tout se passait bien. Mais un jour,  j’ai eu la mauvaise idée de faire un mélange de différentes pommades.

Au bout de trois jours d’utilisation,  je  versais  des larmes à cause du gaz du produit. Cette anomalie  ne m’a pas alerté. Au troisième jour, j’avais la sensation d’avoir du piment dans les yeux.

Je voyais flou. Je versais des larmes. J’ai lavé ma figure avec de l’eau, mais ça n’allait toujours pas. Je me suis rendu à l’IOTA pour des soins appropriés, car je ne voyais plus rien depuis  six jours », a-t-elle confessé. Aujourd’hui Fatoumata Diarra passe son temps à conseiller les filles de ne pas utiliser les produits de dépigmentation. Mais, elle se garde de raconter sa propre mésaventure. Le mélange de produits l’avait rendu aveugle pendant quelques jours. Le traitement intensif a duré trois mois. Elle est désormais condamnée à porter des verres .

Maïmouna SOW

Laisser une réponse

P