Diéma : MÉDIATION ET CONCILIATION COMME MODES ALTERNATIFS DE RÉSOLUTION DES CONFLITS

0
50

L’atelier a réuni les autorités administratives, les chefs coutuÒmiers et religieux, les représentants d’ONG


L’Association regard aux couches vulnérables (ARCV) a tenu, le 13 juillet 2019 à Diéma, un atelier sur le Dialogue communautaire qui avait pour thème : «Les modes alternatifs de résolution des conflits, médiation et conciliation».
Cet atelier, élargi à plusieurs couches socioprofessionnelles des communes rurales de Diéma, Madiga-Sacko et Dianguirdé, a été organisé en partenariat avec l’Association du barreau américain (ABA ROLI), qui bénéficie du soutien financier du Bureau des Droits de l’Homme, de la démocratie et du travail du Département d’Etat américain.
La journée a permis d’informer et de sensibiliser les communautés sur les modes alternatifs de résolution des conflits, particulièrement la médiation et la conciliation; de faire comprendre aux populations l’intérêt et la pertinence liés à la médiation et à la conciliation dans le règlement des conflits communautaires en vue de consolider la paix et la cohésion sociale dans le cercle de Diéma. Il s’agissait également de connaître la différence entre médiation et conciliation; d’identifier des personnes ressources capables de conduire une médiation ou une conciliation dans le cercle de Diéma; de permettre à l’ ARCV de véhiculer à temps réel des messages de sensibilisation à l’endroit des communautés. L’atelier a enregistré la présence effective des autorités administratives, des élus, des chefs traditionnels et coutumiers, des responsables d’ONG et d’associations féminines, des leaders religieux, du Conseil local de la société civile, celui de la jeunesse, du RECOTRADE, des Para-juristes, des femmes conseillères communales ainsi que plusieurs autres membres de la société civile. Dans ses propos, le secrétaire aux relations extérieures de l’ARCV, Dramane Sogoba, a fait une présentation succincte de sa structure chargée de la mise en œuvre du Projet «Lutte contre l’esclavage dans le cercle de Diéma» en première région. Il a remercié les participants pour l’intérêt qu’ils accordent au processus de résolution des conflits, particulièrement ceux liés à l’esclavage héréditaire dans le cercle de Diéma, et dont les conséquences continuent de causer du tort à des franges de la société. Dramane Sogoba a invité les acteurs à accompagner ce projet de lutte contre l’esclavage qui aura certainement des impacts positifs sur le développement du cercle.
Le 2è adjoint au préfet de Diéma, Bakary Dioman Diakité, a remercié l’ARCV et ses partenaires pour cette belle initiative qui vise à renforcer la paix et la cohésion sociale dans le cercle. Il a aussi exhorté les protagonistes à la mutualisation des efforts pour assoir les segments d’une paix durable et inclusive dans la circonscription.
Le conférencier du jour, Bakary Dioman Diakité, a expliqué dans un bambara emprunté des Ségoviens, les différents types de conflits qui surviennent généralement dans le cercle de Diéma, notamment les conflits fonciers, les conflits entre agriculteurs et éleveurs, les pistes de transhumance, les tendances religieuses et politiques et la mise en cause de certains rapports sociaux et d’ordre culturel entre les différentes couches.
Il a souligné les étapes de la médiation, les moments propices pour engager un processus de médiation, ainsi que les qualités d’un bon médiateur.
A l’issue des débats, les participants ont recommandé la création des commissions de médiation dans les villages et les communes du cercle de Diéma et une large diffusion des messages délivrés au cours de l’atelier. Dix huit participants (hommes et femmes) se sont engagés à conduire le processus de médiation et de conciliation dans leurs localités respectives.
Ouka BA
AMAP-Diéma

Laisser une réponse

P