École nationale d’administration : Rentrée solennelle de la 5e promotion

0
48

La présence des autorités témoigne du soutien qu’elles accordent à cette école d’élite

Les élèves fonctionnaires doivent avoir comme règles de conduite la ponctualité, l’assiduité, le respect des formateurs, des collègues, et aussi la qualité du travail

La rentrée solennelle de la cinquième promotion de l’École nationale d’administration (ENA) est effective depuis, hier. La cérémonie était présidée par le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, au Centre international de conférence de Bamako (CICB). C’était en présence du ministre de la Communication, chargé des Relations avec les institutions et porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, et du directeur général de l’ENA, Pr Mohamed Traoré.
Pour rappel, les concours directs de recrutement de la 5è promotion de l’École nationale d’administration se sont déroulés le 22 décembre 2018. Sur 18.291 candidats qui étaient en lice, 74 candidats, dont deux femmes, ont été admis au concours. Les candidats reçus au concours deviennent de facto des élèves fonctionnaires. Parmi eux, deux sont titulaires de diplômes d’études approfondies (DEA), sept sont détenteurs de Master et les 65 autres ont une maîtrise.
Les admis sont repartis entre huit corps : administrateurs civils, du travail et de la sécurité sociale, conseillers des affaires étrangères, inspecteurs des finances, des impôts, des services économiques, du trésor et planificateurs. Les élèves fonctionnaires vont suivre une formation de 2 ans à l’ENA avant d’intégrer définitivement la fonction publique de l’Etat.
Mme Djiré Mariam Diallo, maire de la Commune III, a expliqué que l’ENA permet de doter la fonction publique d’élèves stagiaires opérationnels et prêts à servir la nation avec abnégation. L’élue a aussi témoigné de sa reconnaissance au gouvernement pour les efforts déployés pour recruter les jeunes dans la fonction publique malgré le contexte économique difficile.
Le directeur général de l’établissement a rappelé que la création de son institution de formation remonte à la période coloniale. L’ENA a connu des avatars dans son statut et les règles de son fonctionnement. Mais, elle a toujours eu la vocation d’être la première école de formation de hauts cadres pour les administrations générale, économique, financière et du travail, a soutenu le Pr Mohamed Traoré.
Depuis le début des années 1980, a constaté le directeur général de l’établissement, les effectifs pléthoriques d’élèves dans nos anciennes grandes écoles n’ont permis au gouvernement d’embaucher tous les produits finis des écoles d’élite. Afin de permettre aux nombreux jeunes d’avoir la chance d’accéder à des emplois aux plans national et international, les programmes de l’établissement ont été modifiés au fil des ans.

ÉCOLE D’ÉLITE- à ce propos, Pr Mohamed Traoré a précisé que la renaissance de l’ENA en 2006 répond à la volonté politique de rétablir l’institution de formation dédiée à la valorisation et au renforcement des capacités des ressources humaines de l’administration. Il a aussi souligné que son établissement de formation supérieure dans sa nouvelle formule a démarré ses activités en 2009. Selon le directeur général, les formateurs s’emploient à dispenser une formation à hauteur des exigences mais aussi de l’efficacité. Cela doit être au cœur de l’action administrative.
Le Premier ministre a indiqué que la rentrée solennelle de la 5è promotion de l’ENA est symbolique et témoigne du soutien sans ambages que les autorités accordent à cette école d’élite. Notre pays, a rappelé Dr Boubou Cissé, vit une période cruciale. Cela exige de chacun de nous le respect des symboles de l’Etat et de les magnifier dans l’exercice exemplaire de nos responsabilités publiques. Et c’est à cela que les élèves fonctionnaires seront formés.
La formation initiale et continue de nos cadres s’inscrit dans la dynamique de procurer à l’Etat des ressources humaines de qualité dans un environnement sous-régional, régional et international de compétition où n’émergent que les États ayant les cadres les plus compétents, dévoués et intègres, a déclaré Dr Boubou Cissé.
Le Premier ministre a également assuré que dans sa vision, le gouvernement ne ménagera aucun effort pour appuyer l’établissement dans sa noble mission au bénéfice de la nation tout entière. Félicitant les élèves fonctionnaires pour leur succès aux concours directs, il a souhaité que cette voie du succès fasse tache d’huile pour la jeunesse avant d’exhorter les nouveaux fonctionnaires à avoir comme règles de conduite la ponctualité, l’assiduité, le respect des formateurs, des collègues et la qualité du travail.
« Vous constituez désormais des hauts cadres en herbe du Mali debout. Dans deux ans, vous sortirez aguerris et aptes à relever les défis de notre pays dans la dynamique d’un Mali émergent tant prôné par le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta. Vous serez déployés dans les administrations de l’Etat pour servir nos populations. Vous devez incarner l’Etat, les services publics, et être les protagonistes du changement de comportement au bénéfice de nos compatriotes.
Il vous revient aussi de rapprocher l’administration de l’administré dans un rapport de confiance renouvelée », a-t-il laissé entendre, s’adressant à ses filleuls.
Créée le 5 septembre 2006, l’ENA assure le recrutement par voie de concours et la formation pendant deux ans des futurs fonctionnaires de l’Etat. Elle a aussi pour mission la formation initiale des fonctionnaires de la catégorie A, la formation et le perfectionnement d’auditeurs étrangers dans le cadre de la coopération avec les États étrangers intéressés.
L’établissement s’occupe aussi des recherches en sciences administratives, du management public, des finances publiques, de la planification et d’autres disciplines connexes.

Sidi Y. WAGUÉ

Laisser une réponse

P