Élection du président de la FEMAFOOT : TOUJOURS PAS DE CANDIDATURES

0
135

Qu’attendent donc les candidats à l’élection du président de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) pour déposer leur dossier ? La question mérite d’être posée quand on sait que jusque-là, aucun dossier n’a été déposé au secrétariat général de la FEMAFOOT. En tout cas, jusqu’à hier, l’instance dirigeante du football national n’avait enregistré aucune candidature. Pourtant, les candidats n’ont plus que cinq (5) jours pour se manifester, puisque la date limite de dépôt des candidatures est fixée au 29 août à 16h. Interrogé hier, un responsable de la fédération a confirmé qu’aucun dossier n’a encore été déposé, ajoutant que les candidats «vont probablement attendre la dernière minute pour déposer leur dossier». «A mon avis, il faudra attendre la semaine prochaine pour connaître le nom des candidats», expliquera notre interlocuteur.
Sur les réseaux sociaux, en revanche, trois personnes auraient déjà annoncé leur candidature. Il s’agit de l’ancien international, Soumaïla Coulibaly et de deux opérateurs économiques bien connus dans les milieux sportifs, Jeamille Bittar et Mamadou Makadji. «Comme tout le monde, nous avons également appris ces candidatures à travers les réseaux sociaux. On en saura sans doute plus à partir de la semaine prochaine», a indiqué notre interlocuteur qui pense que beaucoup de candidatures risquent d’être invalidées, comme lors de la dernière Assemblée générale élective qui a plongé le football national dans la crise la plus grave de son histoire. En effet, expliquera-t-il, les nouveaux textes de la FEMAFOOT ne permettent plus à n’importe qui de se présenter à l’élection et certains pourraient être contraints à l’abandon ou voir leur dossier invalidé.
Pour mémoire, les nouveaux textes exigent, entre autres, que les candidats doivent déposer une liste complète des membres de leur bureau, avec indication du poste occupé par chaque membre, que chaque liste soit soutenue par au moins trois membres de la FEMAFOOT, qu’elle compte au moins une femme sous peine d’être invalidée. Sans compter le certificat de résidence et un curriculum vitae, portant mention d’un rôle actif joué par le (a) candidat(e) dans le football au sein d’un organe membre de la FEMAFOOT et ce, pendant au moins trois ans au cours des dix dernières années précédant le dépôt de la candidature. C’est ce dernier point qui risque de constituer un handicap insurmontable pour certains candidats.
Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse

P