Elevage et Pêche : Dr Kané Rokia Maguiraga satisfaite des réalisations du projet « Agrobusiness »

0
122

Le village de Morila, situé à 180 km de Bamako est connu par sa mine d’or. Depuis 2008 la fermeture de cette mine a été amorcée par les autorités maliennes. Après plusieurs reports, sa fermeture est finalement prévue pour 2020.

Pour préparer l’après-mine, les responsables de Morila-SA ont mis en place le projet « agrobusiness » pour permettre à la population d’exercer des activités génératrices de revenus après la fermeture de la dite mine.

Le ministre de l’Elevage et de la Pêche, Dr Kané Rokia Maguiraga, accompagnée de son cabinet et des services régionaux de son département, a visité du 19 au 21, les réalisations de ce projet d’agrobusiness de Morila-Sa dans la Commune rurale de Sanso. La visite intervient dans le cadre du suivi de la campagne agricole dans la Région de Sikasso.

Les autorités et les responsables du projet sont conscients des dommages que pourra causer la fermeture de cette mine. L’une des conséquences serait le chômage de dizaines de jeunes, voire des communautés dans le désarroi. C’est ainsi que l’initiative du projet « agrobusiness » a vu le jour. Une initiative visant à offrir aux communautés de cette zone une vie meilleure après la mine.

Sur une superficie de plus de 1.500 hectares de terres aménagées appartenant aux communautés, des activités de développement des chaînes de valeur de l’agriculture et de l’élevage ont été initiées. S’agissant du domaine de l’élevage et de la pêche, le projet s’intéresse à la pisciculture, à l’aviculture et à l’apiculture.

Dr Kané Rokia Maguiraga, a, sur les sites du projet, expliqué que l’objectif de sa visite est de voir les réalisations de la société Randgold par rapport aux activités de fermeture de la mine. Émue de voir le succès du projet, la ministre a avoué que ces activités qui sont des sources de revenus pour la population peuvent contribuer fortement à l’amélioration des conditions de vie des populations.

« Avec ces 13 étangs d’alevinage, 24 cages flottantes et 40 000 pondeuses, on peut retenir les jeunes, éviter l’exode rural, lutter contre la pauvreté et même éviter l’émigration », a déclaré Dr Kané avant d’exprimer sa satisfaction à la communauté pour son implication dans la réalisation de ces activités pour l’atteinte des objectifs de la campagne agricole.

Elle a rassuré que son département soutient et accompagne toute activité contribuant à l’atteinte des objectifs de la campagne agricole 2019-2020. Elle a également félicité les responsables du projet qui n’ont ménagé aucun effort pour améliorer les conditions de vie des communautés.

Pour le directeur général de la mine, Drissa Arama, l’idée de ce projet est de léguer quelque chose aux communautés qui étaient dépendantes de la mine.

« Le Mali étant un pays à dominance agropastorale, c’est dans ce sens que nous avons voulu développer ces projets, afin que les populations puissent exercer des activités génératrices de revenus et assurer leur survie après la fermeture de la mine et faire de telle sorte qu’elles ne regrettent pas son départ », a déclaré le directeur.

Selon lui, la société a mis les moyens nécessaires avec l’appui de la direction régionale de la pêche de Sikasso pour la mise en œuvre du projet. « Nous avons une production électrique de 30 mega qui nous permet de développer des industries, produire, conserver et transformer. L’objectif est de permettre aux populations de vivre convenablement après la mine » a-t-il conclu.

Dans la mise en œuvre du projet, des groupements d’intérêt économique (GIE) ont été formés par les communautés qui ont fourni des employés qui ont été formés pour faire des projets similaires.

Le coordinateur du Projet « Agrobusiness », Mohamed Soumaré, a expliqué que l’idée du projet est également de faire la promotion des filières piscicole, apicole et aussi aider les populations à réaliser des activités commerciales pouvant leur permettre d’avoir de meilleures conditions de vie après la fermeture de la mine.

A ses dires le projet reçoit les étudiants dans le domaine de l’agropastoral, les forme et même leur octroie des contrats de travail. Le coordinateur a expliqué que le centre « agrobusiness » compte 24 cages flottantes avec une capacité nominale de 10.000 alevins, 40.000 pondeuses, 8 tonnes de poulets de chair tous les 2 mois et 1700 autres volailles.

Le ministre a aussi mis à profit cette visite pour s’entretenir avec les services régionaux de son département sur la campagne agricole 2019-2020. Ces derniers, après de brefs échanges, ont annoncé que l’espoir est permis malgré le démarrage tardif de la campagne. Dr Kané Rokia Maguiraga s’est dite satisfaite et rassurée de l’avancement de cette campagne.

Anne-Marie KEÏTA

Laisser une réponse

P