Forum national de la jeune fille : Le rendez-vous donne naissance à un projet d’appui

0
88

À l’issue de la troisième édition, il a été jugé opportun de passer à l’échelle supérieure et de mettre en place un programme cohérent, pertinent, inclusif sur des thématiques majeures et réalisables en faveur des déplacées et des domestiques

Les rideaux sont tombés sur la 4è édition du Forum national de la jeune fille dimanche dernier à Ségou. Les travaux étaient présidés par la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Diakité Aïssata Traoré. Initié par le Réseau national de la jeunesse du Mali (RENAJEM), il s’agit, à travers cette activité, d’attirer l’attention des autorités, des décideurs sur le problème d’inégalités, de violences et même de privations des droits essentiels des jeunes filles notamment les filles déplacées et les domestiques. C’est aussi un espace qui mobilise tous les acteurs communautaires, société civile, partenaires, leaders d’opinions, autorités traditionnelles et religieuses.
Pour cette assise les participants ont planché sur le thème : « Problématique du bien-être, des violences basées sur le genre et de l’insertion économique des femmes et des jeunes filles déplacées : cas des filles domestiques». Plusieurs interventions, slams, témoignages, dialogue intergénérationnel ont permis de mettre en exergue les efforts de notre pays en faveur de l’autonomisation de la femme et par ricochet de la jeune fille. Il a été convenu que ces efforts soient renforcés par la mise en œuvre urgente de ses dispositions et l’adoption d’autres lois afin de permettre à la femme, à la jeune fille de retrouver toute sa place dans la société.
Aussi, après trois éditions du Forum national de la jeune fille avec de fortes recommandations, il a été jugé opportun de passer à l’échelle supérieure et de mettre en place un programme cohérent, pertinent, inclusif sur des thématiques majeures et réalisables en faveur de la jeune fille. Ainsi, à l’issue de la rencontre, un Projet d’appui à la femme et à la jeune fille (PAJEF) a été élaboré.

Pour la ministre, le thème du forum est à la fois, une interpellation et un appel à plus d’attention et de regard, sur ces couches fragiles et marginalisées. Selon elle, cette mobilisation en faveur des filles déplacées et des filles domestiques, offre un cadre adéquat de plaidoyer, pour plus d’engagement et de réponses concrètes et durables, pour soulager leurs souffrances et les traitements dégradants, dont elles font souvent l’objet. Et Mme Diakité Aïssata Traoré de préciser que « dans cette logique, il y a lieu de rappeler que la promotion de la santé reproductive et sexuelle des jeunes filles permet de créer un environnement favorable à leur épanouissement et à leur développement personnel ».
Par ailleurs, la ministre a expliqué que dans le cadre de la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), les autorités de notre pays, avec l’accompagnement des partenaires, ont mis en place des politiques publiques, des programmes, des plans d’actions, des stratégies et des mécanismes appropriés. Aussi, des instruments juridiques pour prévenir les VBG, et offrir des services gratuits de prise en charge holistique des personnes survivantes ont été renforcés. Elle s’est réjouie de la mise à disposition du PAJEF lors de cette rencontre.
La ministre reste convaincue qu’il sera une réponse des jeunes eux-mêmes, face à leurs problèmes. Elle a assuré de l’accompagnement de son département dans la finalisation de ce projet et dans sa mise en œuvre, de sorte qu’il puisse les aider à atteindre les objectifs. La ministre a, par ailleurs, rappelé que l’autonomisation de la femme et l’épanouissement de la jeune fille constituent des priorités pour son département. En témoigne la création du Fonds d’appui à l’autonomisation de la femme et à l’épanouissement de l’enfant (FAFE). Lors de ce forum, les participants ont fait une analyse objective de la situation générale du pays, et celle des jeunes filles en particulier. Cela, pour mieux positionner la jeune fille, actrice du développement, au centre de la résolution des problèmes de paix notamment, sur les questions de réconciliation nationale, de sécurité, de lutte contre l’extrémisme violent, de lutte contre la précarité, et l’exploitation des enfants et des jeunes filles vulnérables. Mme Diakité Aïssaté Traoré souligné que les conclusions et recommandations de cette assise, feront l’objet d’une attention particulière de son département.
Mariam A. TRAORÉ
Amap-Ségou

Laisser une réponse

P