Haute Autorité de la Communication : LE MÉRITE RÉCOMPENSÉ

0
1129
Parmi les décorés, Gaoussou Drabo (3è à partir de la droite)

Le président de la Haute autorité de la communication (HAC), Fodié Touré a présidé, mercredi dernier, dans les locaux de sa structure, une cérémonie de décoration. Deux membres de la HAC et trois agents d’appui étaient les récipiendaires. La cérémonie s’est déroulée en présence du général de brigade Amadou Sagafourou Guèye, grand chancelier des Ordres nationaux de la République du Mali, des autres membres de la HAC ainsi que des proches des récipiendaires.
Les deux membres de la HAC qui se sont vus attribuer une médaille chacun sont nos confrères Alou Djim et Gaoussou Drabo (ancien ministre de la Communication). Ils ont été décorés de la médaille de chevalier de l’Ordre national par le président de la HAC. Les trois agents d’appui ont reçu la médaille du mérite national avec effigie abeille. Il s’agit de Mme Dembélé Kadiatou M’Baye, Aboubacar Yanoga et Mme Coumba Diallo.
Le porte-parole des récipiendaires, Gaoussou Drabo, a tout d’abord remercié le président de la HAC pour avoir proposé leurs candidatures aux distinctions honorifiques. «Le choix n’a certainement pas été des plus aisés pour lui. En effet, d’autres de nos collègues et de nos collaborateurs auraient autant mérité ces distinctions aussi bien par l’engagement démontré que par la qualité du travail abattu. Nous ne doutons pas un seul instant que leurs efforts trouveront dans l’avenir une légitime récompense», a-t-il ajouté, avant de remercier le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, qui a approuvé les propositions à lui soumises.
En cette circonstance solennelle, Gaoussou Drabo a exprimé deux convictions que partagent tous les récipiendaires de la HAC. La première « est que quelque soit le domaine dans lequel il s’exprime, le talent individuel ne se valorise véritablement que dans un travail d’équipe. Aucun mérite personnel ne peut prétendre à une vraie reconnaissance publique, s’il n’a pas été soutenu par la somme des efforts fournis par un collectif», a-t-il affirmé
Selon lui, cette vérité est parfaitement intégrée à la HAC. «Où nous nous considérons tous comme membres à la fois d’une équipe et d’une famille. Une équipe où, chacun apporte son expertise, son vécu, ses compétences propres. Une famille où, chacun apprend à respecter ce qu’il y a de meilleur chez les autres. La distinction que nous recevons constitue donc pour nous un rappel à une indispensable humilité», a-t-il indiqué. Ajoutant que la seconde conviction que partagent les récipiendaires est que le plus difficile reste encore à faire.
«La Nation malienne qui nous accorde ces distinctions, attend légitimement de nous un surcroît d’efforts et une implication encore plus forte dans sa sauvegarde», a déclaré le porte-parole des récipiendaires.
Il a, par ailleurs, rappelé que notre pays n’a jamais connu de temps faciles, mais depuis 2012, il affronte une conjoncture inédite et complexe. Selon lui, «cette conjoncture, nous avons le devoir d’en transcender les effets pour construire un pays plus fort et plus apte à relever les challenges de ce siècle». Parmi ces challenges, a-t-il souligné, la HAC assume celui d’aider le monde des médias maliens à s’améliorer constamment sur les plans professionnel et déontologique.
«Elle le fait en privilégiant à l’égard de ses interlocuteurs l’inclusion, la franchise d’échanges et l’écoute mutuelle. Elle le fait aussi en alliant dans sa méthode, souplesse, pédagogie et rigueur. Elle le fait enfin en étant profondément persuadée que l’assainissement de l’environnement de la presse est bénéfique autant aux citoyens qu’aux femmes et aux hommes de médias attachés à l’honorabilité de leur profession», a-t-il souligné.
De son coté, le président de la HAC a remercié les plus hautes autorités pour la marque d’intérêt accordée à sa structure qui ne ménagera aucun effort pour accomplir à souhait les missions qui lui sont assignées.
Amadou GUÉGUÉRÉ

Laisser une réponse

P