Jeux africains, football : Les Aiglons tombent les armes a la main

0
99

Le Mali ne disputera pas la finale des 12è Jeux africains. La sélection nationale a été éliminée hier en demi-finale, s’inclinant 5-4 dans l’épreuve des tirs au but, face au Nigeria. A l’issue du temps réglementaire et des prolongations, les deux équipes étaient à égalité 0-0 et c’est dans l’épreuve fatidique des tirs au but que la sélection nigériane a fait la différence.

Pourtant, les trois premiers tireurs du Nigeria ont tous raté leurs tentatives, mais à chaque fois, le Mali ratait les siennes. La sélection nationale quitte ainsi la compétition, sans perdre et tentera de se consoler avec la médaille de bronze.
Pour ce faire, elle devra gagner le match de classement, prévu vendredi.

Pour revenir à la rencontre proprement dite, elle a été globalement dominée par la sélection nigériane qui s’est créé les meilleures occasions de la partie. Le premier tournant du match est intervenu à la 22è minute, avec ce penalty obtenu par le Nigeria, suite à une faute du défenseur central Babou Fofana sur Makanjuola Success. Fort heureusement, Alkalifa Coulibaly a bloqué la tentative du capitaine nigérian, Abubakar Ibrahim, empêchant ainsi les Nigérians de concrétiser leur domination.

Il faut dire que le dispositif tactique (un 4-5-1, avec Abdoulaye Kanou seul en pointe) n’a pas facilité la tâche des Aiglons. C’est vrai que le jeune attaquant était épaulé par Chaka Ballo et Moussa Traoré qui jouaient un peu plus haut, malgré tout il y avait trop d’espaces entre le milieu et l’attaque de la sélection nationale.

Pis encore, l’arrière-garde se faisait piéger sur pratiquement tous les contres de l’équipe adverse. On pensait que le sélectionneur Mamoutou Kané allait revoir sa copie à la reprise, mais le technicien a décidé de reconduire le même schéma tactique.

Résultat : le Nigeria poursuivra sa domination territoriale et il faudra attendre la 65è minute et l’intégration d’Ibrahima Sangaré à la place de Moussa Traoré pour voir le Mali souffler un peu. Sans prendre la mesure de leurs adversaires, le capitaine Babou Fofana et ses camarades sont parvenus à asseoir leur jeu au milieu.

La partie baisse en intensité, les spectateurs s’endorment dans les gradins et ne seront réveillés qu’à dix minutes de la fin du temps réglementaire. Coup sur coup, le gardien Alkalifa Coulibaly sort deux parades et claque en corner les tentatives du meneur nigérian, Abubakar Ahmad (78è minute) et de l’ailier Abubakar Ibrahim (79è minute).

Les prolongations se profilaient à l’horizon, elles seront la bienvenue pour la sélection malienne qui était au bord de la rupture. Ainsi, le coup de sifflet final du référé central égyptien, Mohamed Hussien sera accueilli avec un grand soulagement par les supporters maliens.

Les protégés de Mamoutou Kané se voyaient offrir une nouvelle chance de revenir dans le match et, éventuellement, renverser la tendance. La première alerte des prolongations est signée Souleymane Dramé, dont la reprise de la tête frôlera le poteau gauche du gardien nigérian, Detan Banabars (99è min).

La réplique des Nigérians est immédiate : dans la minute suivante, Gata Adeshina se jette au premier poteau et dévie le ballon qui est miraculeusement extrait par Alkalifa Coulibaly. «Ce gardien est extraordinaire, il ne laisse rien passer», commente un officiel guinéen. Dans la deuxième partie des prolongations, le nouvel entrant nigérian Chinonso Emeka se présente seul devant le keeper malien. Toute la colonie du Nigeria se lève et voit le cuir au fond des filets, mais une fois encore, Alkalifa Coulibaly sauve les siens.

Entre-temps le sélectionneur malien, Mamoutou Kané avait intégré Malick Koumaré à la place de l’attaquant Abdoulaye Kanou qui n’en pouvait plus. Le Nigeria va pousser jusqu’au bout, mais rien ne changera au tableau d’affichage et c’est sur le score de 0-0 que les deux sélections se quitteront. On connaît la suite : dans la séance des tirs au but, le Nigeria s’impose 5-4 et se qualifie pour la finale.

Envoyé spécial
Souleymane B. TOUNKARA
L’ESSOR

Laisser une réponse

P