Journée de l’escrime : LES PARENTS SE JOIGNENT AUX ENFANTS

0
87

L’organisation de la Journée de l’escrime entre dans le cadre de la promotion de la discipline à travers le pays

«On n’avait jamais vu ça. C’est la surprise de la saison». Le directeur technique de la Fédération malienne d’escrime (FME), Maître Boubacar A. T. Diallo, n’avait pas les mots suffisants pour exprimer sa joie, après la troisième édition de la Journée de l’escrime qui s’est déroulée samedi et dimanche, au Centre Olympafrica de Banankabougou. Ce qui a marqué le technicien, ce n’est pas tant le nombre record de participants à l’événement (environ 200 enfants, issus des différents quartiers et établissements scolaires de Bamako), mais la présence massive des parents aux côtés des mômes et leur participation à certaines séances d’exhibition. «Pour la première journée, c’est-à-dire samedi, ils (les parents d’élèves) se sont contentés d’un rôle de spectateur. Mais dimanche, certains parents ont décidé de se joindre aux enfants et ont fait des exercices à l’épée. C’était incroyable, une première dans l’histoire de l’escrime nationale», a témoigné Maître Boubacar A. T. Diallo, assurant que les parents d’élèves «ont pris du plaisir en s’essayant à l’épée et se sont défoulés pendant quelques minutes». «Personne ne s’attendait à ça, c’était extraordinaire», ajoutera le technicien qui a dirigé les séances d’exhibition avec Maître Abdoul Kaffar Kané.
Comme les précédentes, cette troisième édition de la Journée de l’escrime était ouverte à tous les enfants âgés de 3 à 13 ans. Selon le directeur technique de la FME, les enfants sont venus de tous les quartiers du district de Bamako et «le nombre de participants a dépassé toutes les attentes». «Nous avons divisé les enfants en deux groupes de travail. Le premier groupe a travaillé samedi et dimanche, ce fut au tour du deuxième groupe de monter sur la piste. Tout s’est bien passé, les enfants étaient très contents de se retrouver», a indiqué Maître Boubacar A. T. Diallo, en précisant que les séances d’exhibition étaient axées sur les fondamentaux de l’escrime. Parmi les participants à ce rendez-vous annuel réservé aux enfants, il y avait l’orphelinat ACFA de Badalabougou, ce qui, aux yeux du directeur technique de la FME, prouve que «l’escrime n’est pas un sport de riches».
La Journée de l’escrime est organisée chaque année dans le cadre de la promotion de la discipline, à travers le pays. Elle est ouverte à tous les escrimeurs et escrimeuses, âgés de 3 à 13 ans et est marquée par l’initiation aux trois armes utilisées en escrime (l’épée, le sabre et le fleuret) et des séances d’exhibition. Comme indiqué plus haut, la particularité de l’édition de cette année a été la participation des parents d’élèves à l’événement. Une innovation saluée par le président de la FME, Maître Wahabou Zoromé qui pense que la présence des parents dans la salle et leur participation aux séances d’exhibition «ne peut qu’encourager les enfants». Le premier responsable de l’escrime malienne ajoutera que la fédération ambitionne, à partir de cette année, de multiplier les journées de l’escrime et de les délocaliser de temps en temps. Des sites, notamment certaines places publiques, ont déjà été répertoriés par les techniciens, dans la perspective des prochaines éditions. Parmi ces sites, on peut citer, entre autres, le boulevard de l’Indépendance, le Jardin du cinquantenaire, la place FEBAK.
Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse

P