Kassoum Denon à Lomé : Echanges fructueux avec la BOAD et la BIDC

0
174

Kassoum Denon (à g) avec le président de la BOAD Christian Adovelonade en présence du vice-président Bassari Touré

En visite dans la sous-région pour renforcer la coopération entre le Commissariat à la sécurité alimentaire et les institutions financières régionales, le ministre, Kassoum Denon a rencontré à Lomé, le président de la Banque ouest africaine de développement (BOAD), Christian Adovelande et le vice-président des opérations de la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BICD), Abdoulaye Fall

En effet, ces deux institutions bancaires sont hautement stratégiques pour le Commissariat à la sécurité alimentaire. Elles interviennent dans le financement de plusieurs projets qui visent à promouvoir la résilience de nos populations face aux effets du changement climatique. Ainsi à la BOAD, le ministre Kassoum Denon accompagné du consul honoraire de notre pays au Togo, notre compatriote Allassane Yattabaré, du président directeur général de l’Office des produits agricoles du Mali (OPAM), Youssouf Maïga et du chef de département en charge de la promotion des échanges du commissariat à la sécurité alimentaire, Tagalifi Bazo Maïga, ont été reçus par le président de l’institution, Christian Adovelande et son vice-président, notre compatriote Bassari Touré.

Annonçant les objectifs de cette mission, le ministre Denon indiquera, qu’il s’agit surtout de renforcer la coopération entre le CSA et l’institution bancaire qui constitue aujourd’hui un partenaire clé de la sécurité alimentaire à travers des financements conséquents accordés à deux projets phares notamment le Projet intégré de développement rural de la Région de Kidal (PIDRK) et le Programme d’investissement et de développement rural des Régions du Nord (PIDRN). Cependant, a plaidé le ministre, ces projets sont aujourd’hui finissants, et les besoins des populations n’ont jamais été aussi importants, d’où la nécessité de les consolider et surtout d’intégrer de nouveaux appuis consécutifs à la crise sécuritaire que connaît le pays.  « Cette année encore, le Mali, comme la plupart des pays du Sahel, connaîtra des situations alimentaires difficiles par le fait de la sécheresse, des inondations, ou des attaques des déprédateurs et ravageurs des cultures, mais, aussi et surtout par le fait des conséquences de l’insécurité et du terrorisme qui sévissent dans les Régions du nord et du centre engendrant ainsi le déplacement massif des populations vers la capitale Bamako et le sud du pays. Face à cette situation, il s’avère aujourd’hui fondamental, voire vital pour le Commissariat à la sécurité alimentaire de développer de nouveaux projets permettant de maintenir l’activité agricole dans ces zones et de développer la résilience des populations. Il faut investir plus, mais il faut investir mieux, avec des objectifs clairs et partagés », a préconisé le commissaire Denon.

En outre, il a sollicité la BOAD pour le financement du Projet de modernisation des magasins de stockage de l’OPAM. En effet, ce projet de construction, de réhabilitation et d’équipement d’entrepôts modernes, d’un bloc administratif et des aménagements divers à Bamako et dans certaines régions permettra de renforcer les capacités de stockage de l’OPAM, qui est une structure du dispositif national de sécurité alimentaire chargé notamment de la gestion des stocks nationaux de sécurité alimentaire. Il s’agira notamment de la construction et l’équipement de 11 entrepôts modernes à Bamako et dans certaines régions et localités du pays.

L’une des contraintes qui ralentissent l’essor agricole de notre pays est le manque d’infrastructures de stockage modernes adaptées et insuffisamment implantées à travers les grandes zones de productions.

Le ministre Denon a également sollicité la BOAD pour le financement des travaux confortatifs du projet de construction de silos de stockage de maïs. « Le Commissariat à la sécurité alimentaire à travers la Coopération nippone (Japon) s’est engagé depuis deux ans pour la construction de 5 silos d’une capacité totale de 2.500 tonnes pour le stockage de cette céréale dans les grandes zones de production.

Cependant, ce projet très novateur connaît malheureusement un coup d’arrêt à cause du manque de financement. Nous voulons solliciter un financement qui permettra de valoriser et promouvoir la production de maïs au Mali. Ces silos s’avèrent aujourd’hui, comme l’outil le plus adéquat pour la conservation du maïs », développera le commissaire à la sécurité alimentaire.

En réponse, le président de la BOAD, Christian Adovelande a indiqué que son institution bancaire « est plus que jamais engagée à soutenir le Mali et le Sahel à se stabiliser, mais surtout à renforcer leur développement. C’est dans ce cadre que la BOAD s’est engagée dans plusieurs projets à impact direct sur les populations notamment le PIDRK et le PIDRN ». « Nous sommes prêts pour le renforcement et la consolidation de ces projets. Nous sommes d’autant plus réconfortés que le Commissariat à la sécurité alimentaire a pensé à développer d’autres projets novateurs tels que la construction de magasins de stockage modernes à travers le pays, de silos pour la conservation de maïs, mais, également de nouveaux projets de résilience pour la bande sahélienne. Je peux vous assurer de l’engagement de la BOAD à vous accompagner très rapidement pour la réalisation de ces projets », a assuré le patron de l’institution financière.

Comme à la BOAD, le vice-président des opérations de la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BICD), Abdoulaye Fall, assisté de son équipe technique, a également reçu les requêtes du Commissaire à la sécurité alimentaire. Très pragmatique, la banque de la Cedeao s’est dite prête à faire un portage financier avec la BOAD sur certains projets notamment le projet de construction et de rénovation de magasins modernes de l’OPAM ainsi que les travaux confortatifs des silos.

L’occasion était opportune pour le patron de la BICD de saluer les efforts de notre pays à honorer ses engagements vis-à-vis du monde des bailleurs et des institutions. « Aujourd’hui, le Mali est un exemple que nous citons. Malgré la crise multidimensionnelle, le Mali est à jour dans tous ses engagements vis-à-vis de notre banque, mais  aussi des institutions de la sous-région, c’est un bon client », a conclu le vice-président tout en réaffirmant l’engagement sans faille de sa banque à accompagner les projets soumis.

Cellule COM CSA

Laisser une réponse

P