Laboratoire central vétérinaire : 17 MILLIARDS DE FCFA POUR ACQUÉRIR DE NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS

0
277
La 34ème session budgétaire du conseil d’administration du Laboratoire central vétérinaire (LCV) s’est déroulée le lundi 24 mars 2019. Elle a permis aux administrateurs de passer en revue le rapport d’activités 2018, le programme d’activités 2019, le budget programme 2019 et le rapport du commissaire aux comptes.
L’ouverture des travaux était présidée par le chef de cabinet du ministère de l’Innovation et de la Recherche scientifique, Abdoulaye Diakité. On notait aussi la présence du directeur général du LCV, Dr Boubacar Ousmane Diallo. L’enveloppe prévisionnelle du budget 2019 de l’établissement se chiffre à la somme de 2 444 574 725 de Fcfa contre une dotation budgétaire de 2 434 608 434 de Fcfa en 2018, soit un taux de progression de 0,4%. Pour le représentant du ministre de l’Innovation et de la Recherche scientifique, l’élevage joue un rôle important dans la sécurité alimentaire, la lutte contre la pauvreté et la création d’emplois.
«L’élevage occupe la 3ème place après le coton et l’or en termes de recettes d’exportation représente, 20% du PIB. Il est la principale ressource pour 30% de la population et il contribue 80% et 18% respectivement des systèmes pastoraux et agropastoraux. Malgré ce rôle important, ce sous secteur est confronté à d’importantes contraintes qui sont principalement les maladies animales», a détaillé Abdoulaye Diakité.
Pour faire face à ces contraintes, il a indiqué que d’importants efforts ont été consentis par l’Etat, à travers notamment l’élaboration de stratégies de lutte contre les maladies animales ainsi que le renforcement des capacités d’intervention du personnel technique et des autres acteurs des filières animales. Conscient de l’importance de la science et de l’innovation technologique dans le développement socio-économique du pays dans un monde en pleine globalisation, M. Diakité a noté que le gouvernement a créé le Fonds compétitif pour la recherche et l’innovation technologique (FCRIT) qui permet aux institutions de recherche comme le LCV de répondre aux préoccupations de l’élevage par la mise en œuvre de projets innovants.
Par ailleurs, le représentant du ministre a révélé que dans la production de vaccins, un total de 43 544 800 doses toutes catégories confondues ayant reçu le label de bonne qualité ont été produites, soit un taux de réalisation de 100,10%. Selon lui, ce volume de vaccins reste le plus élevé des cinq dernières années. De même, les ventes de vaccins en 2018 qui s’élèvent à 34 110 700 doses toutes valences confondues, demeurent satisfaisantes. Pour les activités de diagnostic, un total de 2 681 échantillons toutes suspicions confondues ont été analysées ; les activités de recherche ont enregistré des résultats meilleurs à ceux des trois dernières années.
De son côté, le directeur général du LCV a affirmé que quelques difficultés majeures de son établissement sont d’abord l’insuffisance de ressources humaines qualifiées et l’état de certains appareils et équipements.
«Nous avons eu dans ce cadre à faire un plan stratégique d’une valeur de plus de 17 milliards de Fcfa, qui va nous permettre de résoudre le problème de vétusté de certains équipements », a souligné Dr Boubacar Ousmane Diallo.
Mohamed Z.
DIAWARA

]]>

Laisser une réponse

P