Le chef de l’État reçoit Ahmed Diane Semega, une délégation de l’UA et Laurent Wauquiez

0
208

Laurent Wauquiez (à droite du chef de l’État) accompagné des membres de sa délégation

Vendredi dernier à la Villa des hôtes, le président de la République a accordé une série d’audiences. C’est le Haut commissaire de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) qui a ouvert le bal. Ahmed Diane Semega était venu briefer le président Keïta sur les tenants et aboutissants de la 18è Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Organisation, prévue pour ce 7 décembre à Bamako. Aussi, a-t-il informé le chef de l’État sur la vie de l’OMVS qui a plusieurs projets dans son cartable.
L’un des plus importants pour notre pays est celui relatif à la navigabilité sur le fleuve Sénégal. Sa réalisation tient à cœur au président Keïta, qui n’a «jamais cessé de nous dire de tout mettre en œuvre pour qu’il se réalise dans les meilleurs délais», a confié le Haut commissaire. Et de juger l’avancement dudit projet «satisfaisant, au regard des difficultés que soulève une initiative de cette envergure».
Le chef de l’État a également reçu la déclaration issue de la conférence ministérielle organisée par l’Union africaine à Bamako sur l’accès aux ressources naturelles et sur les conflits communautaires. Elle lui a été remise par une forte délégation comprenant le ministre des Affaires étrangères de la Somalie, Abdulkadir Ahmed Kyer Abdi, le patron de la Misahel, Pierre Buyoya et le commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA, Smaïl Chergui. Ce dernier, pour service rendu au Mali et au continent, a été élevé à la dignité de Commandeur de l’Ordre national du Mali à titre étranger par le président de la République. Smaïl Chergui s’est dit honoré par cette décoration qui «constitue surtout une plus grande responsabilisation». Il s’estime désormais, plus que jamais, appelé à faire mieux pour relever les défis de l’heure, qui ne concernent pas seulement le Sahel.
C’est le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, qui a bouclé la série d’audiences. Le président Keïta n’a pas manqué de lui adresser ses condoléances pour les 13 soldats français tombés, la semaine dernière dans notre pays.
Évoquant les raisons de sa présidence au Mali, il a rappelé que sa région, Auvergne-Rhône-Alpes, accompagne celle de Tombouctou depuis 1983. Une coopération qui a su se maintenir, malgré les difficultés.

Issa DEMBÉLÉ

Laisser une réponse

P