Littérature : Deux recueils de poèmes en librairie

0
39

Adama Sidibé (c) et Korotoumou Djilla, les auteurs des ouvrages publiés

Deux nouveaux livres : « Jeune plume aiguisée » de Korotoumou Djilla, et « Un temps si éphémère » d’Adama Sidibé, enrichissent désormais les rayons des librairies de la place.
Le lancement solennel des deux ouvrages s’est déroulé, il y a deux semaines, à la Bibliothèque nationale, en présence du directeur des publications de la Maison d’édition : Innov éditions, Serges Cyrille Koko, de l’ancien ministre de la Communication, Gaoussou Drabo, et de jeunes écrivains.
L’auteure du premier ouvrage, Korotoumou Djilla, surnommée l’élève des poètes, est originaire de Sikasso. Née en 1994 à Koura dans le cercle Kadiolo, c’est une poétesse très passionnée des belles-lettres, des arts et de la culture qui est titulaire d’une licence en lettres, obtenue à l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako, et d’une licence en arts et culture, décrochée à l’Université Abdou Moumouni de Niamey.

Elle prépare actuellement un master en arts et culture. Elle est aussi membre du mouvement : Jeunes esprits de la littérature malienne (JELMA), et co-auteur de trois ouvrages collectifs : « Ma patrie, ma vie », publié chez Innov éditions en 2017, « Hommage à Bouba », paru chez GNK éditions en 2018, et « Hommage à Ramata », publié chez les éditions Gaffé en 2018. « Jeune plume aiguisée » est son premier recueil de poèmes.
Selon la jeune écrivaine, le titre de son livre a été choisi en fonction de plusieurs facteurs. Elle explique que sa plume est toujours jeune et aiguisée, en fonction des thèmes abordés dans le recueil, notamment paix, cohésion sociale et politique, a-t-elle relevé.

Quant à Adama Sidibé, il est originaire de Wassolo. Né à Bamako le 20 janvier 1997, il fit ses études primaires à Djoumanzana puis à Ména. Passionné des sciences, il rêvait de devenir chimiste avant de tomber sous le charme de la littérature grâce notamment aux vers du « Lac » d’Alphonse de Lamartine (poète et romancier français). Après ses études primaires, il opte pour les lettres au lycée Cheicknè Diallo de Kati où il obtint son baccalauréat en 2015 en série Langues et Littérature (LL). En 2016, il entre à l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako où il s’inscrit à la filière lettres. La même année, il rencontre Modibo Ibrahim Kanfo, un étudiant de la même filière. Celui-ci le stimule à revoir ses manuscrits. La rencontre du poète Kanfo et la naissance du mouvement JELMA servent de tremplin à son projet d’écriture. Le jeune écrivain est aussi co-auteur de deux anthologies de poésie : « Ma patrie, ma vie » et « Hommage à Ramata ».

Le titre étant la colonne vertébrale d’une œuvre, « Un temps si éphémère », est choisi compte tenu des bouleversements dans le monde sur tous les plans, explique-t-il. Selon lui, son œuvre est un appel à la tolérance, à la paix, car la vie est un temps très court, a-t-il ajouté.
Serges Cyrille Koko, poète, critique littéraire, directeur des publications de la Maison d’édition Innov éditions, a indiqué que sa structure continuera la promotion des jeunes auteurs, la découverte des jeunes talents, la vulgarisation du livre et la lecture dans notre pays. Il a aussi expliqué que JELMA est une association qui fait des merveilles dans le domaine de la littérature avant de souligner que sa structure est très heureuse d’accompagner et soutenir la publication des deux œuvres.
Le premier ouvrage est préfacé par Amidou Yanogué, écrivain et critique littéraire. Ce recueil de poèmes de 47 pages compte 27 poèmes. Le second « Un temps si éphémère » est préfacé par un autre écrivain, Mohamed Diarra. C’est ouvrage de 78 pages et compte 40 poèmes. Ils sont tous disponibles à Innov éditions à Sotuba au prix unitaire de 3 000 Fcfa chacun.

Yaya DIAKITÉ

Laisser une réponse

P