Lutte contre la corruption et la délinquance financière : Utile session de renforcement des capacités des acteurs de la justice

0
178

Les participants seront outillés sur plusieurs modules

Renforcer les capacités des magistrats et autres acteurs de la justice impliqués dans la lutte contre les crimes économiques et financiers et de permettre une synergie fonctionnelle entre ces différents corps et structures de contrôle de l’État. Tel est l’objectif visé par un Master class sur la lutte contre la corruption  qui se tient depuis hier à l’Institut national de formation judiciaire (INFJ).
L’ouverture des travaux était présidée par le représentant du ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Bakary Soliba Coulibaly, en présence du directeur de l’Institut national de formation judiciaire, Toubaye Koné, du Vérificateur général, Samba Alhamdou Baby et de nombreux autres invités.
Ce Master class qui durera quatre jours est offert dans le cadre du Projet Redevabilité publique et participation des femmes au Mali (RPPFM) financé par la Coopération canadienne et dont la mise en œuvre est assurée par Cowater international (Une agence canadienne). Au cours des travaux, les participants seront outillés sur plusieurs modules à savoir : «Économie politique de la corruption» ; «Catalogue des infractions relevant de la compétence du Pôle économique et financier» ; «Transactions illicites et blanchiment d’argent : dynamiques au Mali». S’y ajoutent d’autres thématiques comme : «Réflexions sur la complexité des liens entre la corruption, le terrorisme et son financement, et discussions autour de la coopération régionale et internationale en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme» ; «Impact de la corruption sur les femmes et les filles au Mali» ; et «Les pratiques de corruption dans la passation des marchés publics».

Cette rencontre intervient à un moment où un ensemble de réformes compréhensives du cadre juridique du système de la justice régissant la lutte contre la corruption au Mali est en cours. L’occasion est donc propice pour les participants de connaître les développements récents en vue d’identifier des mesures optimales, de renforcer la collaboration institutionnelle dans la lutte contre la corruption.
Selon le directeur l’INFJ, Me Demba Diallo, la délinquance financière est l’un des fléaux qui minent aujourd’hui le développement de notre pays. Toubaye Koné ajoutera que ce fléau sape nos institutions démocratiques, ralentit le développement économique et contribue à l’instabilité du pays. Il a indiqué que la justice joue un rôle très important dans la lutte contre le phénomène, estimant que le ministère de la Justice, à travers l’INFJ ne pouvait demeurer en reste dans la lutte contre ce fléau. «C’est pourquoi, notre stratégie dans cette lutte, nous amène à n’épargner aucun effort pour nous assurer que nos magistrats associés aux autres acteurs impliqués dans la lutte contre la corruption aient une formation appropriée», a justifié le directeur de l’INFJ.

Pour lui, la stabilité des institutions et la paix sociale dans notre pays dépendent de la qualité et de la crédibilité de notre système judiciaire. Toute chose qui interpelle les acteurs de la justice.
Pour le représentant du ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, cette activité arrive à point nommé puisqu’elle vient renforcer les actions du gouvernement, sous l’impulsion du président de la République, de lutter contre la corruption afin de répondre aux aspirations et attentes des citoyens. «L’heure n’est plus aux discours ou aux tergiversations. Il s’agit d’engager des actions fortes, avec professionnalisme et loyauté pour asseoir la crédibilité et l’efficacité nécessaires pour inverser la tendance fâcheuse quant à la profondeur de la corruption dans notre pays et arriver à des résultats probants», a invité Bakary Soliba Coulibaly.
Selon lui, les sujets qui seront traités et l’approche préconisée au cours de ces quatre jours permettront aux participants d’approfondir la compréhension du phénomène de la corruption ainsi que des moyens de lutte contre ce fléau qui mine le développement de notre pays.

Bembablin DOUMBIA

Laisser une réponse

P