Médias et crise : Un atelier bien à propos à Ségou

0
142

Les participants à l’atelier de Ségou

Le Cadre politique de gestion de la crise en partenariat avec la Minusma a organisé à l’intention des journalistes en général, et des hommes et femmes de radios de proximité en particulier, ainsi que des communicateurs traditionnels de la Région de Ségou, un atelier de formation sur la stratégie globale de stabilisation des Régions de Mopti et Ségou. Les travaux de trois jours ont été clôturés ce mercredi par le gouverneur de Ségou Biramou Sissoko. C’était en présence du secrétaire permanent du cadre politique de gestion de la crise du centre, l’ambassadeur Boubacar Gaoussou Diarra. Ont pris part également à ladite cérémonie, les autorités administratives et politiques de Ségou ainsi que les représentants de la Minusma à travers la division des affaires politiques. Le Cadre politique de gestion de la crise au centre, s’il faut le rappeler, est une approche globale de la gestion de la crise. Il s’agit de combiner les différentes approches, à savoir sécuritaires, militaires et politiques. Sont aussi pris en compte dans les aspects politiques : la cohésion sociale, la réconciliation, l’humanitaire et le développement. Il s’agissait à travers cette rencontre de renforcer les capacités des journalistes, animateurs de radios de proximité et communicateurs traditionnels pour une meilleure gestion de l’information sur la stratégie du Cadre politique de gestion de la crise au Centre. L’atelier a permis aussi une meilleure appropriation des actions basées sur la stratégie en matière de gouvernance, sécurité, relèvement rapide et développement. Les participants ont rappelé les règles d’éthique et de déontologie du métier qui sont plus que d’actualité en cette période de crise que traverse notre pays.

Pour le secrétaire permanent du cadre politique de gestion de la crise du centre, la rencontre a informé sur les missions de sa structure et la stratégie de stabilisation du centre. Les participants ont aussi travaillé sur la formule de sensibilisation de citoyen sur la crise. Il s’agit de faire en sorte, explique Boubacar Gaoussou Diarra, que les hommes des médias soient le relais du gouvernement sur les voies de sortie de la crise auprès des citoyens.
Cependant, il est conscient de la fonction des médias qui est d’informer le public et relater les évènements d’actualité. « En temps de crise la fonction du média devient complexe, car, on fait face à l’urgence, à la montée des pressions, du coup, il devient difficile de séparer le principal de l’accessoire », a indiqué M. Diarra.
C’est pourquoi, soutient-il, il est important pour sa structure d’avoir les médias et communicateurs avec eux afin d’assurer le succès des stratégies préconisées. Il dit attendre des médias un rôle d’apaisement, de sensibilisation et d’information. Cela afin de contribuer à renforcer la cohésion sociale, la réconciliation nationale et le vivre ensemble, de prôner et cultiver la paix et le pardon dans l’esprit et les attitudes des populations. Il a invité les participants à dire non aux messages de haine et de révolte. « Invitez plutôt, dans vos différentes émissions, les populations à la paix, à la concorde, au vivre ensemble. Magnifiez la nation malienne, son harmonie du vivre ensemble, dans sa diversité culturelle, linguistique et communautaire », a plaidé le secrétaire permanent.

Le gouverneur de la Région de Ségou est conscient du rôle important que peuvent jouer les hommes de médias pour la réussite de la mission du Cadre politique de gestion de la crise au centre. Pour ce faire Biramou Sissoko a invité les hommes de médias à s’appuyer sur nos valeurs culturelles profondes légendaires et sur notre organisation sociale qui ont toujours fait de notre nation malienne, un exemple en Afrique.
Selon lui, les professionnels des médias sont des acteurs crédibles qui peuvent contribuer significativement à trouver les solutions idoines aux multiples menaces et défis auxquels notre pays est confronté dans ce douloureux conflit qui sème chaque jour la terreur et la désolation. Le chef de l’exécutif régional s’est félicité du fait que les participants ont appris de nouvelles connaissances et acquis de nouvelles expériences professionnelles. Il les a exhorté à une bonne application de ces connaissances à travers leurs différentes émissions. Biramou Sissoko a aussi invité les participants à contribuer au travail de sensibilisation, de la cohésion sociale et de la réconciliation des cœurs et des esprits pour le retour de la paix et de la sécurité dans notre cher pays.

Mariam A. TRAORÉ
Amap-Ségou

Laisser une réponse

P