Mopti : UN NOUVEAU PROJET D’APPUI A LA SCOLARISATION DES FILLES

0
729

Le ministre de l’Education nationale, Pr Abinou TEME a présidé à Mopti le jeudi 6 décembre la cérémonie de lancement officiel du projet USAID/Mali GLEE « Leadership et autonomisation des filles à travers l’éducation ». C’était à l’hôtel Kanaga en présence du gouverneur de la région de Mopti, le général Sidi Alassane Touré, du représentant du chargé d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis, Aboubacar Coulibaly, du vice-président de Winrock International, Joyjit Deb Roy, et du directeur projet USAID/Mali GLEE, Maurice Ouédraogo. Ont aussi pris part à l’événement, les représentants des localités bénéficiaires des régions de Kayes et Mopti, des responsables des ONG partenaires de mise en œuvre du projet et plusieurs autres invités.

Financé à hauteur de 23,9 millions de Dollars US (11,950 milliards) par le gouvernement américain à travers l’USAID pour accompagner le Mali dans ses efforts de relèvement, ce projet ambitionne de diminuer les barrières principales qui freinent les adolescentes dans leur accès à une éducation de qualité. Il s’agit  de l’amélioration de la sécurité dans les écoles et les communautés et l’accroissement des connaissances et l’adoption de comportements positifs en matière de santé chez les adolescentes. D’une durée de 5 ans (2018 – 2023), le projet de l’USAID/Mali GLEE « Leadership et autonomisation des filles à travers l’éducation », interviendra dans 11 communes des cercles de Kayes et de Kéniéba et 12 autres à Bankass et Bandiagara dans la région de Mopti. Dans ces deux régions, 272 écoles seront concernées par le projet, plus de 60.000 filles adolescentes de 10 à 18 ans en état d’abandon scolaire ou non scolarisée auront accès à une éducation de base de qualité. Afin de faire face aux difficultés économiques, plus de 80.000 bourses seront offertes par le projet et 800 enseignants seront formés.  Il sera mis en œuvre par un consortium de 5 ONGs dont le lead est assuré par Winrock International et composé de IntraHealth, OMAES, GASS Mali et CPHDA en partenariat avec le ministère de l’Education, les structures de la santé, de la promotion de la femme, de l’enfant et l’environnement.

La cérémonie de lancement a été marquée par plusieurs interventions, la présentation du projet à travers ses objectifs, sa stratégie, les activités et un sketch d’illustration de la scolarisation des filles de la troupe théâtrale « Débo Bourro ».

Le Directeur du projet, Maurice Ouédraogo a, dans sa présentation, expliqué l’approche holistique de USAID/Mali GLEE qui s’articule autour de plusieurs axes stratégiques relatifs à l’amélioration des conditions d’apprentissage, de santé et d’environnement propices pour les filles.  Le renforcement des structures communautaires de base, la réhabilitation des latrines, la création des centres de scolarisation accélérée et des points d’eaux sont en bonne place parmi les activités du projet.

Pour illustrer la pertinence du projet, la présidente du parlement régional des enfants, Mariame Kassogué pense que si la jeunesse constitue l’avenir de la nation, en conséquence les enfants d’aujourd’hui ont besoin de comprendre, de connaitre, d’assumer les enjeux de leur vie actuelle et future. A cet effet, la voie d’or et la voie sûre reste l’éducation, et ce projet va augmenter nos chances d’être responsables de demain.

Dans son intervention, le représentant de l’ambassade américaine, Aboubacar Coulibaly a commencé par saluer les efforts du gouvernement en matière d’éducation. Il a souligné que le gouvernement américain estime que le développement durable n’est possible que lorsque les femmes et les hommes jouissent d’une plus grande égalité en termes d’opportunité et d’accès aux ressources importantes comme l’éducation. « A cet effet nous vous confions ce bébé avec la confiance que vous l’aiderez à grandir », a-t-il indiqué.

Prenant la parole, le Ministre de l’Éducation Nationale a, quant à lui, évoqué la situation de l’école dans les communautés dépourvues d’infrastructures scolaires ou en proie aux conflits, obligeant les enfants à rester confinés à la maison, où  les filles n’ont d’autre alternative que les tâches ménagères pour finir dans le mariage forcé ou précoce. « Vous conviendrez donc avec moi que l’éducation devient une nécessité urgente pour épargner ces générations de l’ignorance et l’obscurantisme qui contribuent au retard de notre pays sur le plan du développement », a-t-il souligné avant de dire merci pour traduire la reconnaissance et la gratitude du peuple malien envers le gouvernement et le peuple américains pour leur solidarité.

Dramane Coulibaly

AMAP – MOPTI

Laisser une réponse

P