Nos expatriés : L’ANGLETERRE FAIT LES YEUX DOUX À HAMARY TRAORÉ

0
91

L’international malien est courtisé par Arsenal, Crystal Palace, Leicester City et West Ham et va, probablement rejoindre la Premier league avant le 8 août, date de la fin du mercato anglais

De retour de la CAN, Hamari Traoré a repris les entraînements, lundi avec son club, Rennes. Mais le latéral droit malien n’a pas caché ses envies d’aller ailleurs. En interne, on s’attend à ce que le joueur fasse l’objet de propositions en Premier league. Ce dossier pourrait animer le mercato les prochains jours. La situation inquiète l’entraîneur rennais, Julien Stéphan qui aurait demandé l’arrivée rapide de renforts de poids et d’expérience.
Le joueur formé à l’Académie Jean-Marc Guillou de Bamako plaît énormément aux clubs anglais dont le mercato se termine le 8 août prochain. Ainsi, Hamari Traoré est pisté par Arsenal, Crystal Palace, Leicester City et West Ham. L’international malien a réalisé une saison fantastique avec Rennes, probablement la plus belle depuis son arrivée au club. Avec un très beau parcours européen en Ligue Europa, les Bretons ont atteint les quarts de finale avant de chuter face à Arsenal. Mais en Coupe de France, Hamari Traoré et ses coéquipiers sont allés jusqu’au bout, battant en finale le PSG. Les Bretons restaient sur une disette longue de plus de 40 ans.

 

Hamary Traoré et les Rennais ont créé la sensation l’année dernière, en remportant la coupe de France, face au PSG

Arrivé en France à 20 ans, Hamari Traoré a su avaler les haies pour être aujourd’hui le joueur le plus utilisé du Stade rennais et un latéral référence de Ligue 1. Le Malien a éclos au milieu d’un bouillon et sous une pluie terrible. C’était un jour de juillet 2012, sous les couleurs du Paris FC, lors d’un match amical à Amiens qui avait tourné au massacre pour le club francilien (7-0). La défaite n’est à cet instant qu’une anecdote pour un jeune de 20 ans qui venait juste de débarquer en Europe.
«En arrivant, il n’avait pas de chaussures, on avait été en acheter à Decathlon. C’était du bricolage, un peu l’aventure, mais Hamari a tenu le choc, il assimilait vite les choses parce qu’il savait ce qu’il voulait. Il voulait tout comprendre et, sportivement, il est rapidement sorti du lot», raconte l’intendant du Paris FC, Mathurin Houngue.
Lors de sa première saison française, Hamari Traoré dispute une quinzaine de matches en National sur son aile. Les portes s’ouvrent. Direction Lierse, en Belgique où, après une saison d’adaptation, celui qui va progressivement taper dans l’œil du sélectionneur national du Mali, Alain Giresse, se taille une place d’indiscutable. «Ce qui te marque rapidement quand tu découvres Hamari, c’est son enthousiasme. Il bosse, il ne fait pas de bruit, mais il a un caractère qu’il faut canaliser.
Un bon caractère, juste un côté râleur parce qu’il est vivant. Et son jeu est pareil : dynamique, positif… C’est un contre-attaquant, pas un défenseur destructeur, un joueur qui réfléchit, et pour un coach, un joueur comme ça, c’est du gâteau, forcément», confiait il y a quelques années, Alain Giresse. En juillet 2015, Hamari Traoré revient en France et pose ses valises au Stade de Reims. Deux ans plus tard, il rejoint le Stade rennais. On connaît la suite : Hamari Traoré que Giresse a comparé un jour à Dani Alves, s’impose dans son couloir et devient l’un des meilleurs latéraux de la ligue 1. Aujourd’hui, il est un joueur-clé dans le 4-4-2 de l’entraîneur rennais, Julien Stéphan et si son départ en Angleterre se confirme, nul doute que Hamari Traoré manquera aux Bretons.
Si le latéral des Aigles doit encore patienter quelques jours pour connaître son sort, Mustapha Yatabaré, lui, a déjà changé de couleurs. Libéré par Konyaspor, le Malien a rejoint un autre club turc de D1, Sivasspor. Il s’agit du quatrième club de Mustapha Yatabaré en Turquie (33 ans, 35 sélections), après Trabzonspor (2014-2016), Karabükspor (206-2017) et Konyaspor (2018-2019). Le Malien qui a joué 35 matches et marqué 5 buts avec Konyaspor, a signé un contrat de deux ans avec Sivasspor.
«Ce n’était pas du tout prévu, mais, vu ma fin de saison à Konya et comment ça s’est passé avec le coach (Aykut Kocaman), j’ai préféré changer de club, a expliqué Mustapha Yatabaré. C’est un nouveau challenge, en plus, le coach Riza Calimbay me connaît, j’espère que ça va bien se passer. Je ne suis plus jeune, j’ai envie de jouer et de me faire plaisir», a ajouté l’attaquant qui rejoint à Sivasspor son compatriote, le gardien de but Mamadou Samassa qui a signé un contrat de deux ans au club en juin dernier.
Un autre joueur malien évoluera cette saison dans le championnat turc. Il s’agit de Bakary Sako, libre de tout contrat, qui s’est engagé avec Denizlispor, promu en première division turque. L’international malien (31 ans, 19 sélections) n’a disputé que cinq matches de Premier league la saison passée, après avoir passé trois mois à West Bromwich Albion (D2). Clément Boubacar Kanouté, le capitaine de la sélection nationale U20 lui, a signé son premier contrat professionnel, en rejoignant le FK Liepaja de Lettonie. Le défenseur central malien récolte ainsi les fruits de sa belle prestation à la dernière CAN U20, remportée par le Mali et à la Coupe du monde en Pologne où les Aiglons ont atteint les quarts de finale.
Boubacar KANTÉ

Laisser une réponse

P