Opportunités d’emploi : Une rencontre internationale pour aider les jeunes à créer leur futur

0
250

Le projet EJOM entend contribuer à la réalisation des ambitions en matière d’emplois

La première Conférence internationale sur les opportunités d’emploi pour les jeunes au Mali a débuté, hier dans un hôtel de la place. Objectif : « Impulser l’accès des jeunes au marché de l’emploi».

La cérémonie d’ouverture, présidée par le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Me Jean Claude Sidibé, a enregistré la présence de son collègue de la Jeunesse et des Sports, Arouna Modibo Touré. étaient également présents le directeur national de la SNV, Harm Duilker, Mme Kudakwashe Dhliwayo de la SNV Zimbabwe, la Délégation de l’Union européenne au Mali.

Cette rencontre de deux jours est organisée par le projet  Emploi des jeunes crée des opportunités ici au Mali (EJOM). Financé par l’Union européenne à travers le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique à hauteur de 13 milliards de Fcfa, ce programme est exécuté par un consortium d’organisations néerlandaises, l’Agence pour l’emploi des jeunes (Apej) et la SNV.

Au total, 120 participants : nationaux, africains, américains et européens, prennent part à ces assises de Bamako. Il s’agira pour eux de fournir une plate-forme permettant aux parties prenantes de dialoguer sur les opportunités d’emplois et de chercher des solutions idoines aux défis auxquels les jeunes du Mali et d’ailleurs sont confrontés.

Ce cadre d’échanges sera alors l’occasion pour les participants de partager leurs expériences sur l’offre d’emploi, les défis et les alternatives en matière de formation professionnelle et de l’accès des jeunes au capital. Aussi, un accent particulier sera-t-il mis sur l’entrepreneuriat des jeunes comme outil de stimulation du développement économique au Sahel. Pour ce faire, conférenciers, donateurs, hauts fonctionnaires et acteurs du secteur privé partageront leurs expériences, leurs expertises et leurs visions en vue d’un meilleur accès des jeunes à l’emploi.

ÉCHANGE D’EXPÉRIENCES

En la matière, les solutions ne manquent pas, les expériences, non plus. « Nous voulons que cette conférence internationale sur la jeunesse qui vient de débuter soit un événement annuel, qui puisse se tenir chaque année dans un pays », a exposé Tom Derksen.

Cinq points sont à considérer pour faciliter l’accès des jeunes à l’emploi, a estimé le directeur général de la SNV pour l’énergie et la jeunesse. Dans un premier temps, un gouvernement qui œuvre pour la promotion, l’épanouissement et l’employabilité des jeunes, songe à la constitution d’un fonds de réserve. La seconde alternative en la matière est de cibler les jeunes femmes, parce que les femmes ont, a-t-il justifié, plus de difficultés d’accéder au marché de l’emploi que les hommes.

En troisième lieu, il a incité à trouver des approches pour orienter les jeunes vers les marchés du travail. à l’image, selon lui, de l’approche « Opportunity for youth employment (OYE) » de la SNV. Outre le problème d’accès aux finances (quatrième point), Tom Derksen a proposé de préparer un modèle de jeunes pour une nouvelle génération de leaders qui prendront en charge le futur du pays. Tout en invitant à un éveil de conscience, il a assuré du soutien de son organisation.

« C’est à la jeunesse malienne de créer son futur, pas à nous. Nous pouvons l’équiper avec des formations et d’autres avis pour faciliter cela », a-t-il conclu, interrogé à la fin de la visite des stands.

Abondant dans le même sens, le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle a estimé que le thème retenu pour ce forum prouve que le défi de l’emploi reste toujours d’actualité. Me Jean Claude Sidibé a dit voir, par ailleurs, en ce projet un outil qui peut contribuer à la réalisation des ambitions de notre pays en matière d’emploi des jeunes.

C’est pourquoi, le chef du département a exhorté les participants à un échange d’expériences sans complaisance sur l’entrepreneuriat dans toutes ses dimensions, afin d’aboutir, a-t-il espéré, à des recommandations fortes et pertinentes pour le plein emploi.

Babba B. COULIBALY

Laisser une réponse

P