Retrait des cartes d’électeur à Bamako : AMBIANCE CONTRASTÉE AUX CENTRES DE DISTRIBUTION

0
487

Samedi matin, aux environs de 13 heures 30 mn, notre équipe de reportage a fait un tour à la grande mairie du District de Bamako. Ici, il n’y avait pas du tout grand monde. Les délégués qui livrent les cartes, pensent que les gens attendent l’approche des élections pour se ruer sur les centres de retrait de carte d’électeur. «Depuis ce matin, nous n’avons même pas reçu dix personnes», affirment nos interlocuteurs.
Autre lieu, autre ambiance. A la base aérienne de Bamako-Coura, il y avait une petite affluence. Le chef de centre, Ali Nayete, indique que le retrait des cartes commence chaque jour à 9 heures et continue jusqu’à 16 heures 30mn. Devant les deux salles, l’affluence ne porte pas préjudice à l’ordre et à la discipline. Le rang est respecté, selon nos constats. Quelque 8 délégués étaient sur place, représentant à part égale l’Alliance pour la démocratie au Mali (ADEM», l’Union pour la République et la Démocratie (URD), le Rassemblement pour le Mali (RPM) et l’Alliance pour la République (APR). Les délégués de la première salle affirment avoir remis quelque 500 cartes d’électeur au passage de notre équipe, samedi dernier. Dans l’autre salle de la base aérienne de Bamako-Cour, 800 cartes ont été retirées.
Mme Kanté Mariam Keita, une ménagère de 50 ans, a préféré venir retirer sa carte d’électeur avant le jour des élections. Elle a dit avoir retiré facilement sa carte contrairement en 2013, car il y avait un problème sur sa carte NINA. La mine réjouie, elle lance : «cette année, je vais bien voter».
Quant à Oumou Touré, une jeune étudiante de 21 ans, en Licence II, à l’Institut universitaire de Gestion (IUG), elle dit être venue retirer sa carte d’électeur pour se préparer pour les élections, «car, j’ai hâte de voir comment on vote», nous affirme-t-elle, tout en souriant. En effet, la jeune dame compte voter pour la première fois dans sa vie. «Lors du dernier scrutin présidentiel, je n’avais pas atteint l’âge légal pour voter. Cette année, je compte le faire», raconte-t-il.
Yaya Traoré, 28 ans, faisait partie des policiers qui assuraient la sécurité au centre de distribution des cartes d’électeur à la base aérienne de Bamako-coura. «Ce n’est pas comme les autres années car toutes les consignes données pour maintenir l’ordre et la discipline dans les centres de retrait des cartes d’électeur sont bien respectées», assure-t-il.
Fadi CISSÉ

Laisser une réponse

P