Séparation : Les religions révélées condamnent le divorce

0
101

Les conséquences sont terribles. Le père et la mère sont vivants. Mais les enfants sont « orphelins ».

Sur le plan religieux, le divorce ouvre la voie à toutes les atteintes infamantes à l’honneur des ex conjoints. C’est comme une boite de Pandore. Le divorce est consigné dans :les versets 33 à 34 du Saint Coran : « … si vos femmes vous désobéissent, ne les divorcez pas tout de suite.

Prenez vos distances vis-à-vis d’elles, afin qu’elles deviennent sages. Le verset 37 de la même sourate fait mention de la tentative de réconciliation de la part des proches parents et des sages. Si elles redeviennent obéissantes, alors ne tire pas sur la corde. Mais si le problème persiste, le divorce est autorisé. »

Par ailleurs, Le TOUT PUISSANT dit qu’il autorise le divorce, mais ne l’aime pas. Dans un hadith, le prophète Mahomed (Paix Sur Lui) dit que le mariage est l’un de ses principes et celui qui s’en éloigne n’est pas de sa communauté, a déclaré le leader religieux Ahmed Diallo.

Le pasteur, Sagara. A Josué de l’Église ‘’la foi Apostolique’’ a assuré que l’Église condamne le divorce. L’acte de l’homme ou la femme qui divorce de son partenaire, et épouse une autre personne, est considéré comme un adultère. Il est vu comme quelqu’un qui a perdu la foi. Il ne sera plus accepté dans une Église.

Le pasteur a ajouté que l’union vient de Dieu et le divorce des hommes. Le seigneur a célébré le premier mariage entre Adam et Eve. Et il est fidèle à son serment.

Dans l’ancien testament, Dieu dit, « il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferais une aide semblable à lui. Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit. Il prit une de ses côtes, referma la chair à sa place. Dieu fit de la côte prélevée sur l’homme une femme, qui sera sa compagne à vie. Et Adam dira que « celle qui est l’os de mes os et chair de ma chair, on l’appellera femme, parce qu’elle a été prise sur l’homme ».

C’est pourquoi a poursuivi M. Sagara A Josué, l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme. Les deux deviendront une seule chair.

LA PROCÉDURE

Les pasteurs sont tenus de réciter le ‘’ Chapitre II des Devoirs Domestiques, verset 22’’ avant toute célébration de mariage. Ce verset dit : ‘’ Femme soyez soumise à vos maris, comme au seigneur, car le mari est le chef de la femme comme le Christ est le chef de l’Église, qui est son corps dont il est le sauveur. Maris aimez vos femmes comme Christ a aimé l’Église’’. « Que l’homme ne sépare donc pas, ce que Dieu a joint même dans le cas d’infidélité », a conclu, Sagara. A Josué.

Le juge de siège du Tribunal de Grande Instance de la commune IV, Wouri Camara, explique la procédure de divorce. Le demandeur adresse une requête au président du tribunal par le pour dire qu’il divorce « d’une telle personne ».

Après avoir payé les frais, une convocation est remise par l’huissier à l’autre partie pour comparaitre devant le juge. C’est la Tentative de Réconciliation, (T C), au cours de laquelle le juge écoute, les deux parties. Il essaye de cerner une possibilité de réconciliation.

Il saisit l’opportunité de ce face à face pour convaincre les deux concernés de trouver une solution à leurs problèmes. En cas de succès, on en parle plus. Mais dans le cas contraire, il est obligé de constater l’échec de la négociation. La partie qui a entamé la démarche, ira prendre un permis pour comparaître à une autre date fixée par le juge.

Cette séance est un jugement de fond pour discuter sur le bien fondé du divorce  Qui a raison ? Qui a tort ? Le nombre d’enfants du couple? Qui veut la garde des enfants ?

Selon le magistrat Wouri Camara, les couples viennent au tribunal «  quand c’est pouri, c’est-à-dire après l’échec des tentatives de réconciliation en famille, organisées par des parents et des griots. La T C, c’est la loi, qui nous l’impose. Sur cent cas, on ne réussira pas vingt ». Avant de préciser que le juge n’est pas obligé de mener la T C, à plusieurs reprises, car c’est un aspect social de la procédure.

Selon notre interlocuteur, le jugement de divorce se fait dans une chambre de conseil. L’audience n’est pas publique, mais le résultat peut être public.  La loi a dit que la garde de l’enfant sera gérée explicitement dans l’intérêt de l’enfant, selon les critères qui semblent corrects aux yeux du juge. L’enfant de moins de sept est généralement confié à la mère.

Le juge estime qu’il a encore un besoin d’affection psychologique de sa maman. Une séparation brusque peut impacter son équilibre. Mais s’il est révélé que la mère n’est pas assez responsable, l’enfant est confié au père. Le juriste a noté que la durée de la procédure de divorce sans appel est inférieure à deux ans, mais pour le cas des personnes compliquées, elle peut aller au-delà de trois ans. Il a souligné que la condamnation du père à verser une pension alimentaire dépend de son avoir.

Le divorce est honni dans toutes les communautés du Mali. Le griot des chefs coutumiers de Bamako, Bourama Soumano enseigne que « les conséquences du divorce ne peuvent être estimées. Le père et la mère sont vivants, mais l’enfant est orphelin. Il n’a commis aucune faute mais on lui fait tout perdre jusqu’à son équilibre. »

Selon l’éminent traditionnaliste la perte de l’un des parents est certes douloureuse, mais pas autant que le divorce dans la tête d’un enfant. Il a besoin de la douceur de la maman et de l’autorité du papa. Au risque de perdre son repère ou d’être cruel envers ses semblables. Le griot des chefs coutumiers de Bamako souligne que le mariage est aimé par le bon Dieu, mais n’est pas une obligation dans la tradition.

Il soutient que si un homme opte de ne pas se marier, dans ce cas, il faut respecter les normes du célibat. Il faut être sage et ne pas aller à l’encontre des principes de la tradition. Car, un enfant né hors mariage n’est pas reconnu dans la tradition. Il ne peut être un chef. Et son opinion importe peu dans les réunions familiales, quelque soit son niveau d’études et sa sagesse.

LES CRITÈRES

L’érudit précise que le mariage se fait sur la base de quatre critères d’appréciation. Le premier concerne les origines sociales de la femme ou de l’homme. Certaines filles ou certains garçons donnent une mauvaise image d’elles-mêmes.

Mais si elles sont d’une bonne famille, on espère qu’elles retrouveront le chemin de la sagesse, tôt ou tard. Le second encense la pratique religieuse. Le griot Bourama Soumano, estime qu’on peut épouser une femme ou un homme parce que la personne est vertueuse et respectueuse des préceptes de l’Islam.

Le troisième critère est le caractère. Les deux prétendants doivent être sérieux. La femme convoitée peut être acceptée parce qu’elle est courageuse au travail, Les sages estiment qu’elle n’aura pas le temps pour la débauche.

Enfin, un jeune homme peut aussi prendre une fille par amour, car c’est une raison valable pour se marier. Le griot Soumano déplore le fait que la jeunesse privilegie le seul critère de l’amour. Il ne ne suffit pas pour tenir un mariage plusieurs paramètres entrent en jeu dont la capacité financière du chef de famille.

« Ceux qui disent que l’amour à des raisons que la raison ignore, doivent savoir que sans la raison, le mariage meurt », soutient le sage Soumano. Le mariage est une institution sociale soutenue par quatre piliers: le soutien réciproque, la piété, la discrétion et l’entente. Sans ces protections prévient le griot « c’est bonjour les dégâts ».

Le traditionaliste Bourama Soumano rappelle qu’autrefois, le mariage était célébré sans l’aval des concernés, mais sur des bases solides. Aujourd’hui les jeunes se rencontrent dans la rue. Ils nouent des idylles hors de la famille. Ils décident de se marier et les parents les suivent. L’union sacrée ne dure pas.
Les incompréhensions fleurissent. Les parents ne peuvent pas s’interposer, car au moment de décider de se marier les jeunes n’ont pas consulté à hauteur de souhait leurs parents.

Tout couple menacé de se séparer peut se ressaisir. Le mari doit pouvoir garder sa femme, avec son mauvais caractère. Il a mission de transformer son épouse au fur et à mesure pour en faire un bon exemple.

Maïmouna SOW

Laisser une réponse

P