Spécial 22 septembre 2019: Anciens footballeurs expatriés : les affaires et l’humanitaire pour contribuer au développement du pays

0
76

Frédéric Kanouté, Seydou Keïta, Alou Diarra et bientôt Lassana Diarra et Zoumana Camara : les anciens footballeurs nourrissent beaucoup de projets pour le Mali et pas seulement dans le domaine du sport. Décryptage !

En 2012, alors qu’il s’apprêtait à quitter le FC Séville, dont il a porté le maillot pendant sept ans, l’ancien footballeur international Frédéric Kanouté a initié un match d’adieu qui avait pour but de donner au revoir aux supporters andalous, mais surtout de collecter des fonds destinés au centre «Sakina», le Village d’enfants qu’il a créé en 2008. Plus de 30.000 personnes ont assisté à cette rencontre de gala, permettant à l’ancien attaquant des Aigles de collecter plus de 370 millions de Fcfa, grâce aux entrées et aux envois de dons via SMS. L’argent a été intégralement versé au centre «Sakina» qui signifie paix intérieure, quiétude et sérénité en arabe. Le centre Sakina qui a ouvert en septembre 2010 est situé dans la Commune rurale de N’Gabakoro-Droit et accueille une soixantaine d’orphelins sans soutien familial et des enfants en situation de détresse. Ils sont intégralement pris en charge par la Fondation de Frédéric Kanouté, en partenariat avec Qatar Charity et l’Association malienne pour l’éducation et le développement (AMED). «Sakina» dispose d’une école de 18 salles de classe, d’un réfectoire, d’un dispensaire, d’une direction et d’une mosquée.
Chaque année, Frédéric Kanouté vient, au moins deux fois au Mali et se rend à N’Gabakoro où les pensionnaires du centre l’appellent «Papa Kanouté». «Je vais au Mali deux ou trois fois par an. Même quand j’y vais pour mon travail, je me débrouille pour passer au village», confie l’ancien attaquant des Aigles qui s’est installé au Qatar, après sa retraite internationale. Dans ce pays de la péninsule arabique, le Franco-Malien dirige « Kanouté Academy Football », dont une filiale devrait bientôt voir le jour au Mali, probablement à Bamako.

L’IMMOBILIER- En 2002, soit 9 ans avant la création de «Sakina», l’ancien canonnier de la sélection nationale, avait été l’un des premiers footballeurs maliens à investir dans l’immobilier, avec l’achat de maisons à usage d’habitation sur la Rive droite du fleuve Niger.
Quand on l’interroge sur son engagement en faveur du Mali, notamment ses investissements, le Ballon d’or 2017 répond modestement : «J’ai toujours eu envie de rendre quelque chose à mon pays d’origine. Nous sommes avant tout des individus, et en tant que tels, nous avons des droits, des devoirs et surtout, des responsabilités. Ma vision de la vie et le sens que je veux lui donner sont marqués par mon éducation, mon enfance, mes origines, ma foi et mon histoire familiale». Son centre est partenaire de Yeleen Olympique, une équipe qui évolue en première Division du championnat national de football.
Coéquipier de Frédéric Kanouté en sélection, Seydou Keïta «Seydoublen» fait également partie des anciens footballeurs qui ont fait des investissements dans plusieurs domaines et qui ont déjà commencé leur reconversion. « Aujourd’hui, je suis déjà dans les affaires avec mon ami Mohamed Keïta, le chairman de ABD Group », confiait il y a quelques semaines, l’ancien capitaine des Aigles. «Mais dans l’immédiat, a précisé le recordman de la sélection (102 sélections), j’ai un projet de formation en football. J’ai déjà pris attache avec Jean-Marc Guillou et j’ai déjà acquis un terrain pour cela. Mon ambition est de créer un très grand centre, pas un soi-disant centre».
Selon nos sources, l’ancien joueur du FC Barcelone, club avec lequel Seydoublen a remporté deux ligues des champions d’Europe, a réalisé plusieurs forages et financé la construction de plusieurs mosquées, à travers le Mali. Les mêmes sources indiquent que le meilleur buteur des Aigles (24 réalisations) dispose d’au moins cinq immeubles à l’ACI 2000 à Hamdallaye «qui sont tous en location». «Il (Seydou Keïta, ndlr) a été l’un des premiers footballeurs expatriés à construire des immeubles et ce qu’il faut savoir également, c’est que Seydou a incité d’autres joueurs à investir au Mali», souligne un proche de l’ancien international qui a requis l’anonymat. Et notre interlocuteur d’indiquer que c’est le cas, notamment du Franco-Malien, Alou Diarra, propriétaire d’un immeuble de plusieurs étages situé à un jet de pierre de l’hôtel Radisson Blu. Juste à côté, se trouve un autre immeuble. «En tout, Seydou Keïta a construit cinq immeubles à l’ACI d’Hamdallaye et la valeur de chacun de ces immeubles, prix de la parcelle compris, dépasse les quatre milliards de Fcfa. Il a également plusieurs terrains à usage d’habitation dans le district de Bamako et est actionnaire principal d’une usine d’huilerie», détaille notre interlocuteur.

INTENTION- En février dernier lors d’une visite au Mali, deux autres anciens internationaux des Bleus, Zoumana Camara et Lassana Diarra ont manifesté leur intention de réaliser des projets au Mali, notamment dans le domaine sportif. Les deux Franco-Maliens faisaient partie de la délégation du Premier ministre français, Edouard Philippe qui a effectué une visite de 48h au Mali. «On ne pouvait pas effectuer notre séjour ici et repartir en France sans venir donner bonjour au ministre des Sports et, surtout, sans venir féliciter les joueurs de la sélection nationale junior pour ce qu’ils ont fait pour le Mali. Ils (les Aiglons, ndlr) ont fait honneur au Mali par leur prestation et nous, les Maliens qui vivons en France, sommes très fiers de ces jeunes», a déclaré Lassana Diarra, ajoutant qu’il est intéressé par des projets au Mali. «Nous n’avons pas encore une idée exacte du projet, mais Zoumana et moi, sommes prêts à aider le sport malien, à travers des projets. Nous avons beaucoup appris, à travers cette rencontre» (la rencontre avec la direction nationale des sports et de l’éducation physique, ndlr), a insisté Lass Diarra qui avait annoncé sa retraite, quelques jours avant son voyage au Mali.
Les deux anciens internationaux de l’équipe de France ont confié qu’ils ont suivi les Aiglons du début à la fin de la CAN U20, ajoutant que les joueurs du sélectionneur Mamoutou Kané «Mourlé» ont impressionné par la qualité de leur football. On s’en souvient, lors de cette rencontre, Zoumana Camara s’est exprimé en bambara et a longuement bavardé avec les joueurs de la sélection nationale junior qui avaient été sacrés champions d’Afrique, quelques jours plus tôt.
Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse

P