Taekwondo, passage de grades : LES GRANDS MAÎTRES S’INVITENT A LA FÊTE

0
93

Samedi, le centre Moon Kyang a refusé du monde, à l’occasion du deuxième et dernier passage de grades des ceintures rouges et des ceintures noires. On pouvait s’en apercevoir avant d’entrer dans la grande salle qui abrite les cérémonies de passage de grades et les compétitions, à travers le nombre d’engins à deux roues et de voitures qui étaient garés dans la cour. A 10h déjà, il n’ y avait presque plus de places et les retardataires, notamment les automobilistes ont dû faire des acrobaties pour pouvoir se garer. Vêtus de leur tenue de combat, les combattants étaient massés à l’entrée des deux portes, certains exécutaient quelques mouvements, alors que d’autres discutaient entre eux.
«An bé bolola bi. Aya sama douaou là» (aujourd’hui est un jour spécial, nous aurons besoin de vos bénédictions, en bambara), lance un jeune combattant qui attendait son tour pour monter sur le tatami. A l’intérieur de la salle, la concentration est de mise. Sur le visage des combattants ou plutôt des candidats, on sent à la fois l’émotion et la joie. Composé d’une dizaine de personnes, le banc des Maîtres chargés d’encadrer les athlètes est plus décontracté, souvent ils se chamaillent entre eux, en racontant de petites histoires. Mais à chaque fois qu’un grand Maître, comme on les appelle, fait son apparition, tout s’arrête dans la salle : combattants, encadreurs, spectateurs, tout le monde se lève pour faire le salut. Et tant que le Grand Maître ne retourne pas la salutation, personne ne parle, ni ne bouge de sa place. Justement, ce samedi, tous les Grands Maîtres sont là, dont le président de la Fédération malienne de taekwondo (FEMAT), Maître Alioune Badara Traoré, ceinture noire, 7è Dan. A ses côtés, Maître Bakary Diawara «Yankee», Maître Mamadou Sow, Maître Aly Guindo, Maître Cheick Keïta, tous ceintures noires, 7è Dan. Sans compter le directeur technique national de la FEMAT, Maître Mohamed Touré, ceinture noire, 6è dan et Maître Yacouba Traoré «Yacou», également ceinture noire, 6è Dan. Deux autres tables sont installées dans la salle, en plus de celle occupée par les Grands Maîtres et le directeur technique de la fédération : la table d’enregistrement des combattants et celle chargée des questions orales.
Les passages de grades se déroulent ainsi, sauf que samedi dernier, les célébrités du taekwondo national sont toutes présentes à la cérémonie. Dès lors, on comprend l’émotion de certains combattants, notamment les enfants qui connaissent les noms de tous les Grands Maîtres (lors des questions orales, on leur demande souvent de citer les noms des Grands Maîtres du taekwondo national, ndlr), mais qui n’ont pas souvent l’occasion de les rencontrer. A mi-parcours de la cérémonie, les encadreurs demandent à tous les combattants de venir sur le tatami pour écouter le message du président de la FEMAT, Maître Alioune Badara Traoré. En quelques secondes, le tatami devient noir de monde, les mômes se mettent devant, alors que les aînés s’alignent derrière. «Je voudrais, d’abord dire que je suis très satisfait de ce que j’ai vu aujourd’hui (samedi, ndlr). Toutes les ligues affiliées à la fédération participent à ce passage de grades, c’est une grande satisfaction pour moi», introduira le premier responsable du taekwondo malien. «Le passage de grades, soulignera Maître Alioune Badara Traoré, est la consécration des efforts fournis par un combat. Mais au-delà du passage d’un niveau à autre niveau, les cérémonies de passage de grades vous permettent de vous rencontrer, d’échanger et d’apprendre des choses que vous ne connaissiez pas. C’est donc un examen très important dans la carrière d’un combattant». Le président de la FEMAT évoquera, ensuite, le reste du programme de l’année qui, annoncera-t-il, sera dominé par le championnat national et l’Open sur le plan national et les Jeux africains de Rabat. «L’Open est une nouvelle compétition, elle sera ouverte à tous les combattants, toutes catégories confondues», dira le premier responsable du taekwondo malien.
Pour mémoire, 132 combattants, dont 95 athlètes de la ligue de taekwondo du district de Bamako et 37 représentants des ligues de l’intérieur, ont participé à la session. Les candidats étaient repartis en 5 catégories : les ceintures rouges pour la ceinture noire et les ceintures noires pour les 2è, 3è, 4è et 5è Dans.

Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse

P