Transformation des produits agricoles : Le Mali à l’école de la Chine

0
9

L’Office du Niger peut atteindre son obcjectif initial avec le soutien de la Chine
Un séminaire sur les techniques de transformation des produits agricoles dans notre pays a débuté jeudi à Beijing, la capitale de la République populaire de Chine. La rencontre regroupe une quinzaine de participants venus du monde agricole malien. Cette initiative rentre dans le cadre de l’appui que la Chine apporte aux pays africains, notamment le Mali, pour leur permettre d’entamer un réel décollage économique, par conséquent assurer le bien-être de leurs populations. Cela en s’inspirant du modèle du socialisme chinois dans le cadre de l’initiative de «la ceinture et la route» sous la direction du président Xi Jinping.
Ce séminaire, qui s’étalera sur un mois, combine des cours et la pratique, fournira une plateforme optimale pour trouver la faiblesse des techniques de transformation des produits agricoles et explorer les meilleures solutions pour le développement du monde rural malien. En effet, ce secteur qui emploie près de 80% de la population et compte 41% du Produit intérieur brut (PIB), souffre cruellement d’un manque des unités de transformation. Une problématique, selon le premier conseiller à l’ambassade du Mali à Pékin, Almoustapha El Hadji Dicko. «Plus de 90% des produits agricoles et d’élevage du Mali sont vendus à l’état brut, sans passer par aucun processus de transformation de base. Toute chose qui freine le développement harmonieux du secteur.
Ainsi, il urge d’aller vers les technologies de transformation des produits agricoles au Mali, afin de créer une plus-value, tout en créant des emplois sûrs quand on sait que la croissance économique de notre pays se repose essentiellement sur l’agriculture », a-t-il indiqué.
Almoustapha El Hadji Dicko a aussi plaidé en faveur de la croissance de l’Office du Niger qui est le plus grand bassin agricole du Mali et de la sous-région ouest-africaine, disposant d’une immense potentialité qu’il faut mettre davantage en valeur à travers l’installation des unités de transformation des produits agricoles.
Il s’est dit convaincu qu’avec plus d’un million d’hectares aménageables, l’Office du Niger, s’il bénéficie de l’appui technique et financier de la Chine, peut bien atteindre son objectif initial, c’est-à-dire devenir le grenier de l’Afrique de l’Ouest. Une initiative qui peut aussi être une solution pour résoudre la problématique de la pénurie alimentaire, a estimé Mme Luo Yanqin, directrice du Département de la Coopération internationale et du développement commercial de la Chine.
Selon elle, pour assurer la sécurité alimentaire, il est impératif de maîtriser les techniques de transformation des produits agricoles.
Car, «elles sont essentielles pour le développement de l’industrie alimentaire, permettent de diminuer le gaspillage des ressources, enrichies les variétés et augmentent la production agricole», a-t-elle dit. Par aileurs, Mme Luo Yanqin a fait savoir que l’application et la diffusion des techniques avancées de la transformation des aliments, ainsi que le renforcement de la communication et la coopération internationale sont nécessaires pour résoudre le problème de la pénurie alimentaire. C’est pourquoi, a-t-elle indiqué, tout au long de ce séminaire, les participants seront outillés afin de maitriser les théories fondamentales, les méthodologies et les tendances prévues du développement de la technologie en matière de transformation des produits agricoles.
C’est l’Institut national de recherche en industrie d’alimentation et de fermentation de la Chine qui organise ce séminaire sous les auspices du Département de la coopération internationale et du développement commercial. Il vise à renforcer la coopération entre les deux pays tout en ouvrant de nouvelles opportunités.
Synthèse
M. A. T
AMAP-Ségou

Laisser une réponse

P