Urbanisme : De précieuses données sur le développement des villes

0
142

L’Observatoire national des villes (Onav) a organisé hier dans un hôtel de la place un atelier national de partage du premier rapport produit sur les données urbaines. La rencontre était présidée par le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement social, Hama Ould Sidi Mohamed Arbi, en présence de la directrice de l’Observatoire national des villes (Onav), Mme Maïga Hadiaratou Thiam, du représentant du maire de la Commune IV, Alkassoum Maïga et des représentants des services rattachés.
Selon la directrice de l’Onav, ce premier rapport sur les données urbaines est le fruit d’un long processus. Financé par la Banque mondiale à travers le Projet d’appui aux communes urbaines du Mali (Pacum), le rapport a, entre autres, concerné les domaines de l’éducation, l’urbanisme, l’eau et l’énergie, le transport et le foncier. Les villes concernées par le rapport sont le district de Bamako, les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal. Dans le domaine de l’éducation et l’urbanisme, le rapport relève que le taux de scolarisation au premier cycle est de 100% pour le district de Bamako, contre 75% et 81% pour les régions de Gao et de Kayes. Concernant le second cycle, le district de Bamako enregistre un taux de 100%, soit 96 inscriptions sur 100 prévues. Des recherches continuent pour les autres localités, précise le document.
S’agissant de l’urbanisme, le rapport note que l’état et ses partenaires ont réalisé des logements sociaux en faveur des ménages à revenus faibles et intermédiaires. Ainsi, il y a eu au total 7.608 logements construits, soit 60.54% sur les neuf localités concernées. Précisément, sur 10.561 logements sociaux prévus dans le district de Bamako, 6.003 ont été réalisés, renseigne le rapport. Dans les Régions de Gao, Koulikoro, Mopti et Sikasso, le taux de réalisation est de 100%.
Les régions de Tombouctou, Ségou et Kayes ont respectivement atteint un taux de réalisation de 50%, 55,55% et 73.33%. Ces données sont de la dernière programmation comprenant les réalisations de 2018, précise le rapport.
En 2018, l’état aurait transféré aux collectivités territoriales la somme de 326,2 milliards de Fcfa, note le rapport, qui précise que ce montant correspond à 19.77% des recettes budgétaires. à la même année, les recettes budgétaires des collectivités ont été de 1.650,2 Fcfa, selon le document.
Sur les litiges fonciers, l’on peut lire que le district de Bamako a enregistré un recul de 25%, soit 182 cas en 2017 et 137 cas en 2018. Dans le secteur de l’eau et de l’énergie, le taux d’accès à l’eau potable dans les neuf villes concernées était de 84,90% en 2017, contre 81,57% en 2018.
En matière d’électricité, le rapport indique que le taux de concessions branchées sur le réseau d’électricité est très faible dans les régions de Tombouctou, Mopti et Kayes. Le taux moyen est de 30%, selon le fichier.
Dans le domaine du transport, les auteurs du rapport indiquent qu’au total 26,372 km de voies ont été bitumées. Ces données concernent le District de Bamako, les Régions de Mopti, Ségou, Sikasso et Tombouctou. Après ses mots de bienvenue, le représentant du maire de la Commune IV a salué la production du premier rapport sur les données urbaines. Selon l’élu, l’accès à ces informations va faciliter la collecte des taxes pour les collectivités. Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement social, Hama Ould Sidi Mohamed Arbi a rappelé que notre pays dispose depuis février 2014 d’une Politique nationale de la ville (Ponav), assortie d’un plan d’actions appelé Programme de développement des villes (Prodev). Selon le ministre Arbi, le Ponav a pour mission de faire de la ville malienne un espace agréable, sûr et prospère.
Le département a développé avec la Banque mondiale un dispositif de suivi et d’évaluation des performances des villes. Il s’agit de produire périodiquement une série d’informations disponibles dans la base de données du secteur de l’urbanisme. Le dispositif en question permettra d’établir et de fournir des éléments techniques d’aide à la décision.

Amadou B. MAÏGA

Laisser une réponse

P