Zimbabwe : armée et police déployées à Bulawayo contre d’éventuels manifestants

0
130

                                               La police anti-émeutes dans les rues de Harare
L’armée et la police quadrillaient hier Bulawayo, la deuxième ville du Zimbabwe, pour y faire respecter l’interdiction de manifester imposée à l’opposition, quelques jours après la répression brutale d’une marche semblable à Harare. Depuis le début de la journée, des soldats et des policiers armés patrouillaient à cheval ou en véhicule dans le centre de la ville et dans ses principaux quartiers en appelant par mégaphone la population à ne pas se joindre à d’éventuels rassemblements contre la crise économique. Le quartier des tribunaux de Tredgold, où se pressent traditionnellement les changeurs de devises illégaux, a été complètement bouclé par les forces de l’ordre. Des barrages policiers ont également été mis en place sur les principales routes qui mènent au centre de Bulawayo.

Les autorités zimbabwéennes ont interdit la marche prévue par le principal parti d’opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), à Bulawayo, contre l’hyperinflation, les pénuries et le chômage qui ravagent le pays. Le MDC, dont la ville de Bulawayo est considérée comme un des fiefs politiques, a contesté cette décision devant la justice, qui devait se prononcer hier après-midi. « La décision du gouvernement d’interdire la manifestation prouve son affolement face à la situation », a déclaré Mbuso Fuzwayo, du mouvement de la société civile Ibhetshu Likazulu. « Ils n’ont pas confiance en eux. C’est comme du temps de la Rhodésie (le Zimbabwe sous colonisation britannique), c’est une réaction primitive », a ajouté M. Likazulu. La semaine dernière, le gouvernement d’Emmerson Mnangagwa avait déjà interdit des manifestations de l’opposition contre la détérioration catastrophique de la situation économique. Des dizaines de manifestants, dont beaucoup issus des rangs du MDC, ont défié l’interdiction vendredi, aussitôt dispersés à coups de matraques, de fouets et de grenades lacrymogènes. Plusieurs d’entre eux ont été sérieusement blessés.

Ces manifestations devaient être les premières depuis celles de janvier contre la hausse des carburants, violemment réprimées par les forces de l’ordre. Ces opérations ont fait au moins 17 morts dans les rangs de la population. Le président Mnangagwa, qui a succédé fin 2017 à Robert Mugabe, aux commandes du pays pendant trente-sept ans, s’est engagé à relancer l’économie, jusqu’à présent en vain. Le Zimbabwe est confronté à des pénuries régulières de denrées de première nécessité, comme la farine, le pain, l’huile, mais aussi les carburants. Les Zimbabwéens sont aussi confrontés à de très longues coupures d’électricité. Environ cinq millions de personnes, soit un tiers des 16 millions d’habitants ont besoin d’une aide alimentaire, selon le programme alimentaire mondial (Pam). « La crise socio-économique qui sévit au Zimbabwe suscite notre plus grande inquiétude », a déclaré, vendredi, à Genève un porte-parole de l’ONU, Rupert Colville. « Nous exhortons le gouvernement à dialoguer avec les manifestants et à ne pas recourir à la violence contre eux ».

Laisser une réponse

P